La Grande-Bretagne promet d'agir contre la xénophobie

le
0
 (Ajoute détails et déclarations de Cameron et de responsables 
musulmans) 
    LONDRES, 27 juin (Reuters) - Des représentants des 
communautés musulmane et polonaise au Royaume-Uni ont fait part 
lundi de leur préoccupation face à la recrudescence d'incidents 
xénophobes après le vote de la semaine dernière pour une sortie 
de l'Union européenne, pour lequel l'immigration était un enjeu 
clé. 
    La police a indiqué que des prospectus injurieux pour la 
communauté polonaise avaient été distribués à Huntingdon, une 
ville du centre de l'Angleterre. D'après le Cambridge News, un 
journal local, on pouvait y lire la phrase suivante, traduite en 
polonais: "Quitter l'UE/non à la vermine polonaise". 
    Un graffiti appelant les Polonais à quitter le Royaume-Uni a 
par ailleurs été peint sur le mur d'un centre culturel polonais 
à Londres dimanche, trois jours après le référendum. Environ 
790.000 Polonais vivent en Grande-Bretagne, selon des chiffres 
officiels de 2014. 
    Le Premier ministre David Cameron a condamné ces actes 
devant le Parlement. Il a dit avoir fait part de son inquiétude 
à son homologue polonaise, Beata Szydlo, et lui a assuré que les 
Polonais de Grande-Bretagne seraient protégés.  
    "Nous ne tolérerons pas ces crimes haineux ni ce genre 
d'actes. Ils doivent être éradiqués", a-t-il ajouté. 
    "Nous sommes choqués et profondément préoccupés par les 
actes xénophobes dirigés contre la communauté polonaise", dit 
par ailleurs l'ambassade polonaise dans un communiqué, 
soulignant que d'autres communautés ont également été visées. 
    Des organisations musulmanes ont fait état d'une 
recrudescence des actes islamophobes depuis vendredi. 
    Le Conseil des musulmans de Grande-Bretagne (MCB), qui 
regroupe différentes organisations représentant les 2,7 millions 
de musulmans du pays, a en dénombré une centaine depuis 
l'annonce du résultat du référendum. 
    "Notre pays traverse une crise politique qui, j'en ai bien 
peur, menace la paix sociale", a déploré le secrétaire général 
du MCB, Shuja Shafi. 
    L'immigration a été un des sujets clés de la campagne pour 
le référendum sur le maintien dans l'UE. Les partisans du Brexit 
ont avancé que l'appartenance à l'Union européenne avait permis 
à de nombreux migrants d'Europe de l'est de venir en 
Grande-Bretagne. 
 
 (Guy Faulconbridge,; Nicolas Delame et Laura Martin, pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant