La Grande-Bretagne lance la mise en Bourse de Royal Mail

le
0
LA GRANDE-BRETAGNE LANCE LA PRIVATISATION DE ROYAL MAIL
LA GRANDE-BRETAGNE LANCE LA PRIVATISATION DE ROYAL MAIL

par Neil Maidment et William James

LONDRES (Reuters) - Le gouvernement britannique a annoncé mercredi son intention de vendre d'ici neuf mois la majorité du capital de Royal Mail, le groupe public de services postaux, en promettant des actions gratuites à ses 150.000 salariés, dont les syndicats s'opposent au passage au secteur privé.

Cette introduction en Bourse, la plus importante privatisation lancée par Londres depuis une vingtaine d'années, pourrait valoriser Royal Mail entre deux et trois milliards de livres (2,3 à 3,5 milliards d'euros). La cession de la majorité du capital devrait donc rapporter plus d'un milliard de livres à l'Etat.

Le gouvernement a précisé qu'il distribuerait 10% des actions aux salariés à la condition qu'ils conservent les titres pendant trois ans au moins. Il pourrait ainsi contourner l'opposition des syndicats qui ont contribué à faire échouer plusieurs tentatives antérieures d'ouverture du capital.

La direction de Royal Mail réclame depuis longtemps déjà la possibilité d'accéder à de nouvelles sources de financement pour pouvoir investir dans le développement de ses activités de colis, dopées par l'essor du commerce en ligne, pour compenser la baisse des volumes de courrier classique.

Mais les syndicats menacent d'appeler à la grève pour protester contre la privatisation, qu'ils perçoivent comme une menace pour le service de distribution universel du courrier six jours sur sept ainsi que pour les conditions de travail des salariés.

TROISIÈME TENTATIVE DEPUIS 1994

Le secrétaire d'Etat aux Entreprises, Vince Cable, a assuré que le service universel serait préservé par l'Ofcom, l'autorité de tutelle de Royal Mail, comme par le Parlement.

Royal Mail, qui n'a plus de lien avec le Post Office, l'exploitant du réseau britannique de bureaux de poste, a plus que doublé ses bénéfices sur l'exercice financier clos le 31 mars dernier, grâce à la bonne santé de son activité de colis.

Son entrée en Bourse, qui aura lieu avant la fin de l'exercice budgétaire en cours, passera par une offre publique de vente ouverte aux particuliers. Le gouvernement a choisi Goldman Sachs et UBS comme banques conseils pour l'opération.

Vince Cable a expliqué que la part exacte du capital mise en vente dépendrait des conditions de marché et de la demande.

L'opposition travailliste au gouvernement de David Cameron reproche pour sa part à celui-ci de vouloir vendre l'entreprise au privé au moment même où ses résultats financiers s'améliorent.

Un gouvernement travailliste avait tenté d'initier la privatisation en 2009, tout comme un cabinet conservateur en 1994, mais dans les deux cas, le projet s'était heurté à l'opposition des syndicats et à des dissensions politiques.

Un sondage YouGov publié mercredi montre que 53% seulement des Britanniques sont informés du projet de privatisation de Royal Mail et que 67% s'y opposent.

Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant