La Grande-Bretagne déterminée à extrader Julian Assange

le
0
LONDRES DÉTERMINÉE À EXTRADER JULIAN ASSANGE
LONDRES DÉTERMINÉE À EXTRADER JULIAN ASSANGE

par Jose Llangari

LONDRES (Reuters) - La Grande-Bretagne est déterminée à extrader Julian Assange vers la Suède et l'a fait clairement savoir à l'Equateur, qui héberge le fondateur de Wikileaks dans son ambassade à Londres le temps d'examiner sa demande d'asile, ont annoncé mardi les autorités britanniques.

L'Australien de 41 ans, dont la Suède exige l'extradition pour l'interroger sur des agressions sexuelles présumées qu'il nie avoir commises, est retranché au sein de la mission équatorienne depuis huit semaines. Il y a trouvé refuge après l'échec de sa longue bataille judiciaire pour éviter cette extradition.

"Le Royaume-Uni a une obligation légale d'extrader M. Assange vers la Suède. Nous sommes déterminés à remplir cette obligation", a déclaré le Foreign Office après que le président de l'Equateur, Rafael Correa, a annoncé lundi qu'il espérait rendre publique cette semaine sa décision concernant la demande d'asile de Julian Assange.

Le ministre équatorien des Affaires étrangères, Ricardo Patini, a annoncé cependant mardi que son pays réfléchissait non seulement à la possibilité d'accorder l'asile à Julian Assange, mais aussi à la manière dont le fondateur de WikiLeaks pourrait échapper à une arrestation au Royaume-Uni s'il devait se rendre en Amérique du Sud.

"Au-delà des traités internationaux, du droit d'asile, etc, et de l'autonomie ou de la souveraineté dont le gouvernement national dispose pour prendre une décision de cette nature, nous devons envisager ce qui se passera après", a déclaré Ricardo Patino.

"Il ne s'agit pas seulement de savoir s'il faut accorder l'asile (ou non), car pour que M. Assange puisse quitter l'Angleterre, il faut qu'il ait un laissez-passer du (gouvernement) britannique. Est-ce que ce sera possible ? C'est un problème que nous devons prendre en compte", a-t-il ajouté.

"POURSUIVI POLITIQUEMENT"

L'ancien "pirate informatique", devenu célèbre en 2010 lorsque WikiLeaks a publié des milliers de câbles diplomatiques américains confidentiels, est au coeur d'un imbroglio judiciaire et diplomatique.

Julian Assange redoute que l'extradition vers la Suède ne soit qu'une étape vers un renvoi aux Etats-Unis, où il pense que les autorités veulent le poursuivre pour avoir divulgué des secrets d'Etat sur le site de WikiLeaks en 2010.

Mais il n'est pas avéré que l'obtention de l'asile en Equateur puisse l'aider d'une quelconque façon. Julian Assange est en infraction par rapport aux termes de sa mise en liberté conditionnelle en Grande-Bretagne et il sera arrêté s'il sort de l'ambassade, située dans le quartier chic de Knightsbridge.

Il est peu probable que le gouvernement britannique accorde un laissez-passer à Julian Assange pour qu'il puisse se rendre à l'aéroport, ce qui signifierait aller à l'encontre du mandat d'arrêt suédois et de la décision rendue par la Cour suprême britannique elle-même, qui a déclaré le mandat valide. Cela signifierait également laisser le fondateur de WikiLeaks violer en toute impunité les termes de sa liberté conditionnelle.

Le ministre équatorien des Affaires étrangères a rappelé de son côté que si Julian Assange demandait l'asile politique, c'est qu'il pensait être poursuivi politiquement et craignait d'être extradé vers les Etats-Unis à partir de la Suède.

"Nous analysons le poids, la véracité de cette information", a précisé Ricardo Patino.

Le président équatorien, un homme de gauche qui s'est auto-proclamé l'ennemi des médias "corrompus" et de "l'impérialisme" américain, a indiqué qu'il compatissait au sort de Julian Assange mais qu'il respectait également le système judiciaire britannique et le droit international.

Estelle Shirbon, avec Li-mei Hoang et Alessandra Prentice; Juliette Rabat pour le service français, édité par Hélène Duvigneau

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant