La gestion privée sous le choc de la réglementation

le
0
(NEWSManagers.com) -

La refonte de la réglementation internationale initiée par le G20, qui devrait s'étaler sur les deux ou trois prochaines années, aura de multiples conséquences tant sur l'économie que sur le secteur bancaire. Elle devrait notamment modifier en profondeur le business model de la gestion privée, selon une étude réalisée par Groupama AM.

Pour le secteur, la mise en place de nouvelles règles va marquer la fin d'une époque et le transfert progressif des activités offshore (un marché de quelque 7.300 milliards de dollars) vers des activités onshore.

Cette évolution se traduira par une baisse des revenus, les marges étant plus faibles que dans l'offshore, et une augmentation parallèle des coûts nécessitée par le renforcement des réseaux on shore. Ce qui aura un impact négatif sur les résultats. Les banques suisses seront les plus affectées par ce mouvement, entre autres Julius Baer dont le résultat courant avant impôts de la gestion privée représente un peu plus de la moitié du résultat courant total. Pour les deux géants suisses UBS et Credit Suisse, les proportions sont de respectivement 40% et 24%. Du côté des banques étrangères, la contribution de la gestion privée, à l'exception de HSBC (10% environ), est généralement nettement inférieure à 10%.

L'étude souligne aussi que les BFI seront les grandes perdantes de ce grand chambardement réglementaire. La rentabilité moyenne des fonds propres des banques de financement et d'investissement devrait tomber dans une fourchette de 10% à 15%, contre souvent 20% ou plus précédemment.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant