La gestion « Long/Short » : vraiment plus risquée ?

le
3

La gestion "Long/Short" permet de réduire la volatilité.
La gestion "Long/Short" permet de réduire la volatilité.

C'est l'autre façon d'investir en actions : combiner au sein d'un portefeuille d'actions positions longues et ventes à découvert. Un bon moyen d'atténuer la volatilité des marchés selon Stéphane Cuau, gérant actions chez Amplegest Asset Management.

« Notre fonds Amplegest Long/Short présente un profil de risque modéré. Nous n'utilisons pas de levier et il permet de réduire la volatilité du marché de moitié. Notre objectif est de capter 40% de la hausse du marché tout en limitant à 30% environ les phases de baisse » résumé Stéphane Cuau, gérant du fonds Amplegest Long/Short chez Amplegest AM. La gestion de ce type n'est pas forcément bien connue des particuliers car elle combine des positions « long » (nettes acheteuses) avec des positions « short » (ventes à découvert). Le gérant prend ainsi des positions vendeuses sur des titres qu'il ne possède pas en portefeuille et qu'il s'engage à racheter. Tout l'enjeu du gestionnaire Long/Short est ainsi d'identifier les valeurs, après une analyse financière approfondie, qui recèlent un potentiel de hausse et celles qui devraient connaître une phase de repli.

Exposition nette de 30%

Selon le gérant d'Amplegest, ce type de fonds offre l'un des meilleurs couples performance-volatilité du marché. A titre d'exemple, les quatre fonds « Long/Short » répertoriés (Moneta LS, Ceres, Sycomore LS, BDL) réalisent une performance annualisée de 4,6% et une volatilité de 5,5%. Or, la performance annualisée de sept fonds « Long Only » cités (Comgest Renaissance Europe, Moneta Multicap, Amplegest Pricing Power, Agressor, DNCA Centifolia, Sycomore European Growth, Mandarine Valeur) atteint 5,1%, soit une performance comparable, mais avec une volatilité qui ressort à 12,5% ! Le secret de fabrication des fonds « Long/Short » ? Une exposition nette qui avoisine 30% pour Amplegest Long/Short, avec 65% de positions acheteuses et 35% de positions vendeuses. La volatilité cible du fonds est d'atteindre 30% environ de celle de l'indice Stoxx 600.

Des « stop loss » pour limiter les pertes

« Il existe encore un malentendu autour des fonds Long/Short car certains investisseurs associent ces fonds à des produits risqués, à effet de levier. Or, ce type de gestion permet au contraire, sans levier, d'atténuer la volatilité du marché. Ce sont des fonds visant à sécuriser davantage sa performance et à la lisser dans la durée » explique Stéphane Cuau. Parmi les principales positions acheteuses du portefeuille, Amplegest cite Pernod Ricard, CRH, Saint Gobain, Volkswagen ou Bureau Veritas. Concernant les ventes à découvert qui suscitent toujours beaucoup de méfiance de la part des investisseurs particuliers ou institutionnels, le gérant assure qu'un « stop loss » est mis en place systématiquement sur les positions vendeuses dès que la perte relative dépasse 20%.

J.G


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • surfer1 le mercredi 1 avr 2015 à 19:33

    Quel intérêt d'accélérer tout en freinant ?

  • M8946626 le mercredi 1 avr 2015 à 16:40

    Au lieu de parier à la hausse, shorter = parier à la baisse...Y'a autant de risques qu'un fonds actions classique, mais il y a plus de possibilités pour faire des pèpètes ou les perdre. C'est tout. Sinon y'a des fonds visant le long terme (la gestion "en bon père de famille"), et des fonds obligataires (rendement plus faible, mais bien moins volatil).

  • M7361806 le mercredi 1 avr 2015 à 16:26

    SYMPA mais où se renseigner ?