La gestion de deux centres éducatifs fermés critiquée dans un rapport

le
0
Le contrôleur général des lieux de privation de liberté s'est penché sur deux centres éducatifs fermés, dans les Pyrénées-Atlantiques et dans le Puy-de-Dôme. Il a constaté des manquements à la sécurité, à l'hygiène et une absence de projet éducatif.

Jean-Marie Delarue, contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) et son équipe ont dernièrement visité, en août et septembre, deux centres éducatifs fermés, et ils n'en tirent pas un bilan très positif. Au centre Txingudi d'Hendaye (Pyrénées Atlantiques), installé depuis 2003 sur une emprise de la Marine Nationale, il note d'abord des difficultés d'accès: une seule route, sans aménagement pour les piétons, qui croise des voies ferrées et de tramway. Selon lui, cela représente un risque pendant les sorties encadrées des mineurs, ou en cas de fugue. Il y a aussi des problèmes d'hygiène: dans les congélateurs, ils ont découvert de la viande périmée depuis plusieurs mois. Le centre n'avait pas fait l'ob...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant