La gestion d'actifs passée au crible

le
0
©P.MARAIS
©P.MARAIS

(lerevenu.com) - L'Autorité des marchés financiers (AMF) publie son rapport annuel sur la gestion d'actifs pour le compte de tiers et les résultats d'une étude sur les OPCI.

Ces publications ont pour objectif de faire le point, au 31 décembre 2012, sur l'évolution de l'industrie française de la gestion d'actifs, ses acteurs et ses produits. A cette date, le nombre de sociétés de gestion a atteint un niveau historique avec 604 sociétés. Après deux coups d'arrêt de la croissance en 2008 et 2011, l'année 2012 a été marquée par le rebond du volume d'encours géré qui atteint 2 599 milliards d'euros, soit une hausse de 3,8% en un an. Cette tendance positive résulte largement de la bonne performance des marchés actions et de taux, l'effet collecte étant plus limité.

Toutefois, le résultat d'exploitation global est en baisse constante depuis 2007 et s'est contracté de 7% en 2012. Ainsi, la baisse des charges liée à une nouvelle campagne de rationalisation des coûts fixes n'est pas parvenue à compenser la dégradation du chiffre d'affaires (notamment imputable à l'inflexion des commissions de gestion).

Le rebond, en 2012, du volume des encours gérés ne doit pas masquer les défis majeurs auxquels l'industrie française de la gestion d'actifs est confrontée parmi lesquels on peut citer la décollecte, l'érosion de la rentabilité et un univers toujours plus concurrentiel. Cette industrie fait aujourd'hui face à de nouveaux enjeux stratégiques qui doivent la conduire à exploiter les nouvelles opportunités offertes telles que l'entrée en vigueur, l'été dernier, de la directive sur les gestionnaires de fonds d'investissement alternatifs.

L'étude sur la situation des OPCI fait apparaître que les encours gérés par ces véhicules d'investissement ont cru à un rythme soutenu en 2012. Les encours bruts ont atteint 26,3 milliards d'euros, soit une hausse de 23% en un an. Si cette croissance ne s'est pas accompagnée d'évolutions majeures (l'immobilier de bureau et la région parisienne retiennent toujours l'intérêt de la majorité des investisseurs), la baisse notable de l'endettement et le développement des véhicules destinés au grand public sont deux mutations importantes révélées par l'étude.

Pour consulter le rapport de l'AMF (38 pages) : http://www.amf-france.org/technique/multimedia?docId=workspace://SpacesStore/bc567050-1d47-4143-9f72-617dc5b88286_fr_1.0_rendition

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant