La gestion collective française perd 188 milliards d'euros en 2011

le
0
(NEWSManagers.com) -

A - 14%, la baisse de l'encours des fonds de droit français ne laisse aucun doute sur la difficulté de l'année 2011 pour la gestion collective hexagonale. Selon l'étude d' Europerformance-SIX Telekurs, au 31 décembre, les actifs sous gestion sont tombés à 726,5 milliards d'euros. En montant, 118 milliards d'euros ont été perdus ramenant le niveau d'encours à son plus bas niveau depuis le départ de la crise en 2007.

Dans le détail, du côté des fonds de long terme, les OPCVM actions ont vu leurs encours diminuer de 43,8 milliards d'euros (-20,9%), devant les fonds diversifiés dont les actifs gérés ont baissé de 19 milliards d'euros (- 13,9 %). Pour leur part, les fonds obligataires ont perdu 13,8 milliards d'euros (-18,1 %) tandis que les fonds garantis se sont contractés de 8,5 milliards d'euros (-12,4%) et les OPCVM de fonds alternatifs de1,8 milliard d'euros (-23,9%) .

Du côté des OPCVM de court terme, la baisse de l'encours est aussi significative. Les fonds de trésorerie ont perdu au cours de l'année dernière 30,8 milliards d'euros (-8,9%),

On retiendra néanmoins quelques exceptions dans ce panorama : les fonds à capital garanti, les fonds d'obligations à haut rendement, ainsi que les fonds sur actions du nord de l'Europe ont attiré des flux d'investissement. Cela étant, il s'agit de produits spécifiques, " bien dans l'air du temps" (fonds garantissant le capital), ou investi sur des zones géographiques précises, souligne l'étude.

Toujours selon Europerformance SIX Telekurs, la gestion collective française a non seulement enregistré en 2011 une quatrième année de sorties nettes sur les cinq derniers exercices mais il s'agit de la plus importante décollecte de son histoire : elle atteint 82,1 milliards d'euros. Et pour la première fois, toutes les classes d'actifs ont été touchées par les retraits.
Dans ce panorama, les mouvements de collecte ont favorisé certains assureurs tandis que les grands réseaux bancaires ont continué d'enregistrer des retraits quelle que soit la nature des fonds de leur gamme (risqués ou non). " Les résultats des banques privées, avec le transfert d'une partie de la collecte depuis des actifs à risque vers des supports de trésorerie, marquent leur réactivité aux conditions de marché" , précise l'étude.
Enfin, on notera qu'au niveau européen, l'année a aussi été marquée par d'importants rachats, notamment au second semestre, sur les OPCVM de long terme. Cela dit, les marchés de fonds de droit irlandais, britannique et luxembourgeois, ont affiché une forte résistance. Les demandes d'autorisation de commercialisation en France pour les produits étrangers ont progressé de 10% l'année dernière.


L'étude peut être téléchargée sur le site : http://www.europerformance.fr/publications/bilan-annuel/16.html

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant