La gestion collective française a connu une importante vague de rachats au deuxième trimestre

le
0
(NEWSManagers.com) - Comme on pouvait s'y attendre, l'étude réalisée par Europerformance SIX Telekurs portant sur l'évolution de la gestion collective française au deuxième trimestre, a mis en évidence le poids de la décollecte sur l'encours global. Sur les trois mois observés, le courant vendeur a atteint 16,8 milliards d' euros soit, sur 12 mois, des rachats nets sur les OPCVM français de 58,5 milliards d' euros.
Dans le détail, la faiblesse de la demande a continué de peser sur les encours des fonds de trésorerie régulière. " En dépit d'une allocation cumulée de 7,4 milliards en avril et mai, les opérations de rachats menées en juin ont été plus fortes qu' à l' accoutumée" , note Europerformance SIX Telekurs. Résultat : la décollecte sur le trimestre a atteint près de 11,5 milliards portant l'encours de ces fonds à 305,3 milliards (-3,7% sur le trimestre) et -11,8% sur un an.
Concernant les fonds investis dans des obligations, ce deuxième trimestre constitue le troisième consécutif où la classe d' actifs enregistre une décollecte (-2 milliards d' euros). Cependant, la situation en détail est plus contrastée. Les fonds composés d'obligations à haut rendement et les fonds investis dans des obligations convertibles ont continué de retenir l' attention des investisseurs. La première catégorie a enregistré des souscriptions nettes de 226 millions d'euros sur le trimestre tandis que la seconde s' est nettement étoffée en avril et mai. " En dépit d'un très net coup d' arrêt en juin, la collecte des fonds d'obligations convertibles rassemble près de 684 millions d' euros sur les trois mois en question, après déjà des souscriptions nettes de 355 millions d' euros au trimestre précédent" , précise l'étude qui note, en revanche, que les flux d' investissement destinés aux fonds d'obligations indexées sur l'inflation se sont nettement taris. Ils représentent 9 millions d' euros alloués, contre 281 millions d' euros au premier trimestre.
Quant à l'effet marché, il a représenté d'avril à juin 496 millions. L'encours global perd de fait 2,5 % sur le trimestre, à 71,3 milliards d'euros. Depuis le début de l'année, le repli est de 10 %.
Du côté des fonds actions, si la tendance n'est pas inversée - les opérations menées sur ces OPCVM font ressortir des rachats nets de 250 millions d' euros - il ressort cependant que la décollecte est inférieure au trimestre précédent. En outre, certaines catégories tirent leur épingle du jeu : les fonds Actions France, Euro et Europe ont enregistré 569 millions d' euros de souscriptions nettes et les fonds Actions Amérique ont rassemblé 227 millions d' euros. A l'inverse les fonds Actions Internationales, les fonds Actions Marchés Emergents, ainsi que les fonds Actions Asie ont été pénalisés avec des décollectes nettes de 573 millions, 104 millions et 273 millions respectivement. On notera que, toujours selon l'étude, le compartiment des fonds Actions Sectorielles a enregistré des rachats nets de 95 millions, dus en grande partie au retournement de juin de la demande en fonds Actions Or et Matières Premières. Cet ensemble perd 136 millions d' euros sur le trimestre contre une allocation nette de 820 millions d' euros en début d' année...
Enfin, sur la période d'observation, l'effet marché a été négatif pour la plupart des catégories d' investissement " actions" . En chiffres, il fait perdre 1,2 milliard d' euros. " A 207,2 milliards d' euros, l' encours des OPCVM Actions se contracte de -0,9% lors de ce trimestre. Néanmoins, sur un an, sa progression est de 12%" , résume l'étude d' Europerformance SIX Telekurs.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant