La Géorgie en quête d'une introuvable justice

le
0
Le nouveau pouvoir vide les prisons sur fond de règlements de comptes politiques avec le président Saakachvili.

C'est la deuxième fois depuis les élections parlementaires que Saba Koudjejiani se rend au siège de la procurature, à Tbilissi. Encouragé par les promesses de réforme judiciaire du nouveau gouvernement, cet ancien historien espère faire reconnaître l'innocence de son frère, Djamlet, condamné, en avril 2006, à onze ans de prison pour trafic de drogue. Une histoire inventée de toutes pièces, selon lui, destinée à punir son aîné qui menait des affaires florissantes dans la petite ville de Marneouli, au sud-est du pays. «Ce sont les policiers qui, en obéissant à des ordres venus d'en haut, avaient déposé cinq grammes d'héroïne dans sa poche», affirme Saba, sur un ton évasif: une affaire héritée de l'ère Saakachvili, sur laquelle le nouveau premier ministre, Bidzina Ivanichvili, entend tirer un trait définitif.

Peu soucieux des règles de bienséance ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant