La Géorgie accuse la Russie d'avoir déplacé ses marqueurs de frontière

le
0
La Géorgie accuse la Russie d'avoir déplacé ses marqueurs de frontière
La Géorgie accuse la Russie d'avoir déplacé ses marqueurs de frontière

La Géorgie accuse la Russie d’«annexion rampante» après avoir constaté ce week-end l’installation de marqueurs de frontière 1,5 km à l’intérieur du territoire géorgien. Un oléoduc se retrouve ainsi en Ossétie du Sud, région séparatiste géorgienne où sont stationnés des milliers de soldats russes depuis le conflit d’août 2008.

« La Russie poursuit son agression rampante du territoire géorgien », a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère géorgien des Affaires étrangères, David Keresselidze, en accusant Moscou de « menacer la paix et la sécurité dans toute la région ». Le ministre a appelé la communauté internationale à condamner « ces actes illégitimes de la Russie ».

Le Guardian rapporte que des agriculteurs des villages compris dans la zone ont perdu la plupart de leurs champs « Les Russes nous ont dit que nous n’étions plus autorisés à être ici ». Moscou n’a pas fait de commentaires sur ces accusations de la Géorgie.

Un oléoduc BP occupé

En s’emparant d’une partie du territoire géorgien, les Russes ont mis la main sur un oléoduc par lequel transitent 140000 barils de brut depuis les champs de pétrole de l’Azerbaidjan en mer Caspienne jusqu’aux terminaux de port de Supsa (Géorgie) sur la mer Noire. En 2008, les services de renseignements américains ont allégué l’attaque du principal pipeline traversant le Georgie à la Russie.

BP Géorgie a cependant dénié tout obstacle dans la gestion et la maintenance du pipeline. Gia Gvaladze, porte-parole de la compagnie pétrolière en Géorgie a affirmé qu’ils n’avaient « pas besoin d’un accès physique pour poursuivre l’exploitation ».

Intimidation contre une adhésion à l'OTAN

La ministre de la Défense, Tina Khidasheli qui a déploré «la poursuite de la même politique envers la Géorgie par les Russes» voit dans «l'intégration de la Géorgie dans l'OTAN» l'unique voie vers la restauration de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant