La génération Y est particulièrement sensible aux facteurs ESG, selon Schroders

le
0

(AOF) - Le troisième volet de l'étude Schroders Global Investor Study 2016, réalisée auprès de 20 000 investisseurs individuels dans 28 pays dont 1 000 en France, montre que la génération Y (18 à 35 ans) est plus susceptible d'accorder de l'importance aux critères environnementaux, sociaux, et de gouvernance (ESG) que les investisseurs particuliers plus âgés (36 ans et plus). L'étude montre que la génération Y a classé les critères ESG comme aussi importants que les performances attendues des investissements au moment de prendre leurs décisions.

L'étude met également en avant le fait que les investisseurs conserveraient leurs placements ESG en moyenne 2,1 ans de plus qu'habituellement.

Les facteurs ESG tels que la gouvernance d'entreprise, la responsabilité sociale, et les problématiques d'impact environnemental, tels que la pauvreté dans le monde et le changement climatique, sont tous significativement plus important pour la génération Y que pour les générations plus âgées dans les décisions d'investissement.

Les avis entre les deux tranches d'âges diffèrent le plus sur les sujets concernant les enjeux sociaux au niveau global, tels que la pauvreté et le changement climatique. La génération Y la classe en moyenne comme très importants à 7,2/10, contre 6,4/10 pour les investisseurs plus âgés. L'étude montre également que les 18-35 ans sont plus enclins à retirer leurs investissements des entreprises ayant de mauvais critères ESG, notamment pour celles associées à l'industrie de l'armement, ou celles ayant des liens avec des régimes autoritaires.

La plupart des différents groupes d'investisseurs sont à la recherche de bonne gouvernance, critère qui se retrouve en première position des facteurs ESG recherchés. Cependant, les 18-35 ans se montrent plus concernés que leurs aînés avec une moyenne de 7,4/10 contre 7.

Ainsi, 82 % des investisseurs à travers le monde sont prêts à conserver leurs investissements ESG plus longtemps que d'habitude. Plus d'un tiers (38 %) déclare qu'il resterait investi dans des entreprises ayant des considérations ESG au moins deux ans de plus que pour ses investissements habituels.

En moyenne, les investisseurs ont classé les problématiques ESG au moment de prendre une décision d'investissement comme moins importantes que la croissance à long terme (à 7,8/10). Cependant, les investisseurs ont tout de même noté l'importance des critères ESG à 6,9/10 en moyenne, indiquant que ces deux facteurs ont une grande importance.

En France, l'enquête révèle également que les investisseurs de la génération Y sont plus sensibles aux enjeux ESG que ne le sont leurs aînés, puisqu'ils leurs accordent une importance moyenne de 6,9 sur 10, contre seulement 6,5 pour les personnes âgées d'au moins 36 ans. Les notes les plus faibles proviennent des baby-boomers (6,2 pour les répondants âgés de 55 à 64 ans) et des investisseurs plus âgés (5,9 pour les personnes de plus de 65 ans).

Jessica Ground, responsable mondiale de l'investissement responsable chez Schroders, déclare :" L'intérêt de l'ESG et des problématiques de gouvernance d'entreprise pour les investisseurs ne devrait que grandir, étant donné sa popularité croissante auprès des jeunes investisseurs. Si les rendements demeurent le premier critère, l'importance de l'ESG pour les investisseurs finaux est désormais trop grande pour être ignorée".

Chez Schroders nous considérons depuis longtemps que les facteurs ESG contribuent aux résultats et aux rendements de nos investissements. Nous avons intégré leur analyse dans nos processus de gestion depuis près de 20 ans. Il est rassurant de voir que les investisseurs reconnaissent l'importance d'investir sur le long terme, et ce spécifiquement lorsque l'on prend en compte les facteurs ESG. ", conclut la responsable.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant