La génération Tanguy, c'est fini

le
6
La génération Tanguy, c'est fini
La génération Tanguy, c'est fini

Elle se l'était juré : aussitôt le bac en poche, elle quitterait la maison. « Je suis finalement partie de chez mes parents à 20 ans... je trouve ça tard ! » estime Adélaïde, 22 ans maintenant. Cette étudiante en communication, comme la majorité des jeunes, tient farouchement à son autonomie, montre une étude d'OpinonWay pour la Macif* que nous révélons. Si 46 % des 18-25 ans vivent chez leurs parents, « les deux tiers d'entre eux aimeraient, dans l'idéal, vivre dans leur propre logement, leur envie d'autonomie est très forte », observe Bruno Jeanbart, directeur adjoint d'OpinonWay. 90 % des 24-25 ans toujours domiciliés à l'adresse familiale rêvent ainsi de prendre leur envol, un taux qui s'élève à 83 % des jeunes actifs occupant un emploi.

La figure du Tanguy, traînant sa vingtaine dans le confort du cocon parental, immortalisée dans le film d'Etienne Chatiliez en 2001, a bien pris la poussière. « On se rend compte que ce genre de cas est très marginal, poursuit Bruno Jeanbart. S'installer représente certes pour les jeunes un vrai sacrifice financier, mais seulement 16 % sont prêts à faire le chemin inverse pour arrêter de se priver. »

Rite de passage à la vie adulte

« Retourner chez mes parents, ce serait régresser », tranche Adélaïde, qui goûte depuis son départ de Reims (Marne) pour Paris, il y a deux ans, à la vie d'adulte. « Quand j'ai emménagé seule, j'ai mûri en deux secondes », se souvient-elle. Pour 9 sondés sur 10, l'installation constitue un réel rituel de passage, synonyme d'entrée dans la vie adulte. « J'ai dû apprendre à gérer un budget, faire mes courses, envoyer mes papiers à la Sécurité sociale », énumère avec énergie l'étudiante. « Au début, je rentrais tard, je faisais mes courses au supermarché n'importe comment, mais j'ai appris à être raisonnable, confie la jeune femme. Je me sens adulte maintenant. »

Une raison à marche forcée, « sous le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nebraska le mardi 1 juil 2014 à 18:56

    L'adélaide, elle le paye comment son appart ? En travaillant ou ce sont papa et maman qui le lui payent ? Sur le principe alors, moi aussi j'étais un Tanguy sauf que je ne me la coulais pas douce. Et cela m'a permis d'acheter un appart. sans passer par la case location. Et je n'ai rien couté en APL à la France SURTOUT !!!

  • ZvR le mercredi 25 juin 2014 à 22:08

    Bah, oui, à 20 ans c'est cool d'être indépendant. à 30 ans des fois c'est cool de pouvoir faire des économies.

  • j.barbe6 le lundi 23 juin 2014 à 14:55

    Les 68 tards : retraite à 60 ans (hors régimes séciaux...), immo à prix modique, inflation des salaires, retraite jackpot, plein emploi.Les jeunes : retraite si retraite à 70 ans, immo à prix délirant, déflation des salaires, absence de retraite probable, trés peu d'emploi, pas de perspective.Question : pourquoi les jeunes sont pessimistes et les retraités jamais été aussi heureux ?

  • pierry5 le samedi 21 juin 2014 à 22:51

    Et de plus, les gosses, c'est les parents qui doivent s'en occuper.

  • M138561 le mercredi 18 juin 2014 à 11:22

    C'est sûr que tout à changé, maintenant elle part à 20 ans, et elle revient chez ses parents à 30 ans, avec ses enfants...

  • python75 le mercredi 18 juin 2014 à 10:58

    Je vais montrer cet article a mes filles...