La gauche judiciaire demande au ministre d'aller plus loin

le
0
Pour le Syndicat de la magistrature, rien n'a changé depuis l'élection de François Hollande.

Pour le Syndicat de la magistrature (SM) s'ouvre samedi le congrès de l'après-«mur des cons». Les images de ce local syndical au mur couvert de photos de personnalités épinglées pour défendre des idées différentes de celles du syndicat, et souvent accompagnées de commentaires acerbes ou injurieux ont fait scandale au printemps dernier. Mais le syndicat reste droit dans ses bottes. Il n'y aura pas de «mea culpa» lors des rencontres de Metz ce week-end. ­Françoise Martres, présidente du SM ne nie pas que l'affaire «a coûté quelques points à son syndicat aux élections professionnelles, en juillet dernier». Il a en effet, perdu un tiers des voix et n'a engrangé que 25,2 % contre 64,8 % pour l'Union syndicale des magistrats (USM), qui, elle, a gagné près de 10 points. Cette dernière, ultramajoritaire, a largement profité de son profil affiché de neutralité. «Nous revendiquo...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant