La gauche de la gauche française se réjouit des résultats grecs

le
14
LA GAUCHE DE LA GAUCHE FRANÇAISE SE RÉJOUIT DE LA VICTOIRE DE SYRIZA
LA GAUCHE DE LA GAUCHE FRANÇAISE SE RÉJOUIT DE LA VICTOIRE DE SYRIZA

PARIS (Reuters) - Plusieurs responsables de la gauche de la gauche, socialistes, écologistes et représentants du Front de gauche se sont réjouis dimanche de l'arrivée en tête des législatives grecques du parti de la gauche radicale Syriza, qui envoie selon eux un signal au reste de l'Europe.

Sans aller aussi loin, le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a lui aussi salué le succès de Syriza, écrivant sur Twitter que "la victoire d'un parti de gauche est toujours une bonne nouvelle pour le Parti socialiste."

Le parti anti-austérité grec Syriza, qui s'est engagé à renégocier la dette publique avec les créanciers internationaux, a facilement remporté les élections législatives de dimanche avec 36,3% des voix mais pourrait rater de justesse la majorité absolue en sièges, selon les premières projections officielles.

"La victoire de Syriza (est) une chance pour la Grèce mais aussi pour L'Europe. Elle offre un point d'appui à tous ceux qui veulent changer l'Union Européenne", écrit sur Twitter le député PS Emmanuel Maurel, de l'aile gauche du parti.

Dans un communiqué, son collègue Pouria Amirshahi estime que Syriza et ses alliés "déverrouillent la situation politique européenne". "Il est temps pour la France de poser, avec la Grèce aujourd'hui et l'Espagne demain, les bases d'une autre cohérence économique."

Jean-Luc Mélenchon, qui dit travailler en France à une alliance avec les écologistes sur le modèle de Syriza, a dit sur BFM TV avoir le sentiment "d'un moment historique."

"L'EXEMPLE VIENT DU SUD"

"C'est un grand soir démocratique", a-t-il dit. "Peut-être que nous tenons l'occasion de refonder l'Europe."

Sur BFM TV, le secrétaire national du Parti communiste Pierre Laurent a dit voir dans ces résultats un espoir pour "tous ceux qui, en Europe, refusent les politiques d'austérité".

Le porte-parole d'Europe-Ecologie Les Verts, Julien Bayou, a appelé à émuler l'action de Syriza en France.

"Il va falloir qu'on travaille", a-t-il dit sur iTELE. "On a aussi besoin en France de changer de politique (...) L'exemple vient du Sud."

Par la voix de son vice-président Florian Philippot, le Front national a aussi salué ces résultats, dans lesquels il a dit voir sur Twitter une "gifle pour la caste UMPS européiste."

Une victoire de Syriza, en tête des sondages depuis plusieurs mois, constitue une première dans la zone euro avec la possible constitution d'un gouvernement ouvertement opposé aux contreparties exigées par l'Union européenne et le Fonds monétaire international pour sauver le pays de la faillite.

À droite, le principal parti d'opposition a dit "prendre acte" du choix du peuple grec.

"L'UMP espère que les efforts (menés depuis trois ans) (...) ne seront pas dilapidés, ce qui conduirait la Grèce à des difficultés encore plus graves", dit dans un communiqué Pierre Lellouche, délégué général aux relations internationales.

"L'appartenance à la zone euro implique que chacun de ses membres, par-delà les choix politiques légitimes, respectent ses engagements ainsi que les règles communes."

(Chine Labbé)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sense78 le lundi 26 jan 2015 à 11:12

    Belle leçon de patriotisme de Mélenchon qui se réjouit que les Grecs aient comme programme de ne pas rembourser leurs créances et donc de potentiellement laisser une ardoise de + de 50 milliards d'€ à notre pays. Il ne s'agit pas de vagues financiers spéculateurs comme indiqué mais de tous les contribuables Européens qui paieront pour la Grèce. Montant à comparer avec les économies en trompe-l'oeil présentées par nos dirigeants.

  • s.thual le lundi 26 jan 2015 à 10:48

    on est vraiment des , bran qui gnoles,,, vous pretez de l argent on ne vous rembourse pas et on vous fait un pieds de nez,,,,et on se marre en plus ,,,les neuronnes sont vraiment mise a mal en France !

  • alc2855 le lundi 26 jan 2015 à 10:21

    Ca sent la poilade. Enfin tant que cela ne concerne que les grecs. Quand viendra notre tour la chute sera beaucoup, beaucoup plus dure ! Mais Mélenchon sera là pour nous sauver...

  • pcombet1 le lundi 26 jan 2015 à 10:19

    ha ha ha ridicules ces politicards

  • schrett le lundi 26 jan 2015 à 10:16

    Désormais, n'en déplaise à l'égo démesuré de M.Mélenchon, c'est bien Mélenchon qui est le Tsipras français et pas l'nverse!!

  • khmane08 le lundi 26 jan 2015 à 10:14

    les grecs ont voté le changement grâce à Mélanchonopoulos c'est sûr.

  • patjo47 le lundi 26 jan 2015 à 09:45

    Melanchon ,Duflot, quelques survivants cocos qui essayent d'exister quelle bouffonnerie Aucun programme et que des losers et profiteurs. Avec une Duflot qui bouffe a tous les râteliers,pitoyable..au moins Mr Melanchon Mr Tsipras aura été lui élu à 40 ans! et va négocier avec l'europe et les Etats Unis tout simplement parce qu il ne peut pas faire autrement et que comme vous il ne veut pas briser sa carrière personnelle,CQFD!

  • frenchto le lundi 26 jan 2015 à 09:27

    Bof..... Le pouvoir broie toutes les belles idées ainsi que l'angélisme des gens qui les portent. Ceux qui ont porté les promesses des révolutions ont toujours été les nouveaux riches. Les illusions de 1981 se sont terminées au bar avec les coupes de champagne et ceux qui les incarnaient ont investi dans la pierre dans les beaux quartiers de Paris. Avec Mélenchon, ça pourrait même être pire car je suis sûr qu'il pourrait créer des goulags pour y mettre les gens qui travaillent trop

  • ram54 le lundi 26 jan 2015 à 09:21

    Moi je vais faire comme les états, je vais emprunter pour mener un train de vie bien au dessus de mes moyens, et lorsque je ne pourrai plus rembourser, je demanderai à mes banquiers de bien vouloir effacer une partie de ma dette sans quoi je ne les rembourserai jamais....Mais en conservant bien entendu, le même train de vie...

  • lorant21 le lundi 26 jan 2015 à 09:04

    payer plus les fonctionnaires et refusant de payer la dette.. on va bien rigoler.

Partenaires Taux