La gauche au bord de la crise de nerfs

le , mis à jour à 09:52
10
La gauche au bord de la crise de nerfs
La gauche au bord de la crise de nerfs

« C'est exactement ce qu'on voulait éviter... » se lamente un organisateur. La mairie de Bondy (Seine-Saint-Denis) devait être, sous la houlette des amis de Martine Aubry, dédiée au rassemblement et au projet de la gauche pour 2017. Las. Hier, entre ses murs gris, s'est joué un nouvel épisode d'une incroyable guerre de positions qui vire à l'hallali contre François Hollande.

 

A peine arrivé, en milieu de matinée, le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, lâche — l'air de rien et sans crier gare — une petite bombe, en appelant François Hollande et Manuel Valls à participer tous les deux à la primaire de la gauche ! « Si on dit qu'on veut une primaire, mais un seul candidat, ça va pas le faire », insiste-t-il en fin de journée. En clair : Hollande a voulu la primaire, il va l'avoir ! « Un président de la République et un Premier ministre qui gouvernent ensemble mais sont rivaux à la primaire ? C'est totalement inimaginable ! Cela ouvrirait une crise de régime ! » s'étouffe le porte-parole du PS, pro-Hollande, Olivier Faure.

 

Officiellement, Bartolone ne roule pour personne. Il cherche simplement, « face à la droite la plus conservatrice », un moyen de remobiliser la gauche et de faire cesser la bataille rangée qui oppose Valls et Hollande. Côté coulisses, l'explication diffère un peu... Furieux des mots peu amènes du chef de l'Etat à son endroit dans « Un président ne devrait pas dire ça... » et inquiet de législatives catastrophiques en cas de crash à la présidentielle, le président de l'Assemblée chercherait à torpiller la candidature Hollande. « La rancœur est mauvaise conseillère », souffle un hollandais, quand un pilier de l'aile gauche l'accuse d'être un « poisson-pilote de Valls ».

 

Car la sortie du président de l'Assemblée sert à merveille l'entreprise de « dissuasion » menée par le chef du gouvernement. Le Premier ministre tire une nouvelle salve ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • serval02 il y a une semaine

    Elles sont pas au régime sec en tout cas sur la photo....

  • M3366730 il y a une semaine

    C'est plutôt le contribuable qui est au bord de la crise de nerf, pour certains ils ont finis par s'exiler (comme les cubains mais pas tout à fait pour les mêmes raisons !)

  • M3366730 il y a une semaine

    Enfin une bonne nouvelle au bout de presque 5 ans, champagne !

  • M6322243 il y a une semaine

    on dirai 3 petit cochons

  • C177571 il y a une semaine

    Aubry et Taubira,il y a de quoi faire une crise de nerf!!!!

  • charleco il y a une semaine

    Mon clavier bégaie et refuse d'aller en arrière.

  • charleco il y a une semaine

    C(est la chienlit, qu'ils croupissent dans leurs fienteser

  • xk8r il y a une semaine

    les potes de la mitte !!!!!!!!

  • newwin il y a une semaine

    Tous a virer d urgence

  • bordo il y a une semaine

    Les tontons flingueurs en action avec la mère tapedur