La garde nationale, une idée... révolutionnaire

le , mis à jour à 08:48
0
La garde nationale, une idée... révolutionnaire
La garde nationale, une idée... révolutionnaire

En 1791, dans un discours à l'Assemblée constituante, Robespierre définissait l'organisation de gardes nationales, conçues en pleine Révolution française, pour assurer la « tranquillité publique ». Elles seront dissoutes un siècle plus tard. Mais l'histoire est un éternel recommencement. Hier, François Hollande a officiellement annoncé la constitution d'une garde nationale pour lutter contre le terrorisme. L'idée avait été esquissée lors du discours du président devant le Congrès réuni à Versailles, trois jours après les attentats du 13 Novembre. A la veille de l'attentat de Nice, Jean-Marie Bockel, sénateur (UDI) du Haut-Rhin, et sa collègue (PS) Gisèle Jourda ont publié un rapport sur la création d'une garde nationale de réservistes (lire nos éditions du 18 juillet). Elle a été actée hier. « L'engagement est une valeur cardinale de la cohésion », fait-on valoir dans l'entourage de Francois Hollande.

Cette garde, qui ne relèvera pas d'un commandement unique, regroupera les différentes réserves existantes au sein des forces de sécurité du pays. Pionnière en la matière, la gendarmerie dispose déjà de 9 000 volontaires. La police, elle, compte 2 700 réservistes, quand l'armée en recense 28 700. Ces « ressources humaines » supplémentaires sont censées soulager les effectifs des ministères de l'Intérieur et de la Défense, surmobilisés depuis dix-huit mois, au lendemain des attaques de « Charlie Hebdo » et de l'Hyper Cacher. Il s'agit de volontaires ou de retraités de ces différents corps qui s'engagent, moyennant rémunération, à servir une dizaine de jours par an dans la réserve après avoir suivi une formation (dont sont exempts les retraités). Les réservistes se voient confier les mêmes missions que les forces « d'active », c'est-à-dire en exercice, en fonction des compétences et aptitudes de chacun.

Déjà, dans la loi de programmation militaire 2014-2019, il était prévu ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant