La garde-côtes turque interpelle 200 migrants en mer Egée

le
1
    DIKILI, Turquie, 2 avril (Reuters) - La garde-côtes turque a 
interpellé près de 200 migrants qui tentaient de rallier la 
Grèce samedi, à deux jours de l'entrée en vigueur de l'accord 
contesté entre l'Union européenne et Ankara sur le renvoi de 
demandeurs d'asile vers la Turquie.  
    Un groupe de 118 Erythréens, Syriens, Iraniens et Libanais a 
été stoppé en mer alors qu'il se dirigeait vers l'île grecque de 
Chios, en provenance de Cesme en Turquie, à bord de deux canots 
pneumatiques, a rapporté l'agence de presse turque Dogan. 
    Un autre groupe de 63 personnes venant du port turc de 
Dikili a été appréhendé alors qu'il tentait de gagner l'île de 
Lesbos.  
    Les arrivées de migrants et réfugiés en Grèce ont ralenti 
mais plus de 1.900 personnes ont rallié le pays au cours de la 
semaine écoulée, en dépit de mauvaises conditions météo, et 
5.622 ont au total été enregistrées par les autorités grecques 
depuis le 20 mars dernier.  
    La Turquie n'a pas détaillé les modalités d'application de 
l'accord conclu avec l'UE.  
    On ignore donc combien de migrants seront renvoyés, comment 
ils seront enregistrés et où ils seront logés.  
    Les premiers signes modestes de préparatifs ont été filmés 
samedi par CNN Turk, qui a montré la construction d'un centre à 
Cesme, où des migrants expulsés pourraient revenir.  
    A Dikili, des tentes à deux places ont été installées sur le 
quai du port, ainsi que des toilettes portables.  
    Le maire de Dikili, Mustafa Tosun, membre du parti 
d'opposition CHP, a réclamé davantage d'aide de la part du 
gouvernement. Il a précisé que la Direction générale de la 
gestion des migrations, responsable de la procédure, avait 
envoyé jusqu'ici deux représentants.  
    "Ils vérifieront les identités de chaque réfugié sur une 
base de données turque dans le port puis ils partiront", a 
déclaré Mustafa Tosun à Reuters.  
    Quelques centaines de manifestants se sont rassemblés samedi 
à Dikili pour protester contre la création d'un centre de 
réfugiés dans leur ville.  
 
 (Dasha Afanasieva, Mehmet Emin Caliskan; Jean-Stéphane Brosse 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7093115 il y a 10 mois

    Un début mais il faut qu'ils continuent pour tarir ce tsunami migratoire.....