«La garde à vue doit rester une exception»

le
0
INTERVIEW EXCLUSIVE - Le garde des Sceaux, Michel Mercier, estime que la garde à vue est une mesure «traumatisante» dont il faut «encadrer l'usage».

Les députés entament aujourd'hui l'examen du projet de loi qui ouvre pour la première fois la porte des commissariats aux avocats, auprès des personnes gardées à vue, tout au long de leurs auditions. Le débat s'annonce difficile, les parlementaires de la commission des lois ayant fortement retouché le texte du gouvernement. Le garde des Sceaux répond à nos questions.

LE FIGARO. - Mardi commence l'examen du projet de loi «garde à vue», prévoyant la présence des avocats dans les commissariats. La commission des lois a modifié le texte du gouvernement, refusant l'instauration d'une «audition libre» . Comment abordez-vous ce débat ?

Michel MERCIER. - La préoccupation du gouvernement, et la mienne, à travers ce nouveau projet de loi, c'est de créer un nouvel équilibre entre deux exigences constitutionnelles d'égale valeur, le respect des droits de la défense et l'impérative nécessité d'assurer la sûreté des citoyens. Dans ce cadre, il est certain qu'il f

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant