La gamme de FA (Cup)

le
0
La gamme de FA (Cup)
La gamme de FA (Cup)

Ce samedi, Manchester United et Crystal Palace se retrouveront en finale de la FA Cup. L'occasion de s'en mettre plein les yeux, mais aussi plein les oreilles. Car de l'autre côté de la Manche, qui dit FA Cup dit forcément musique.

C'est une liaison intime, depuis toujours. L'Angleterre est une terre de foot. Elle ne vit que pour ça. Et elle chante, surtout. Chaque enceinte a son cœur, chaque club sa référence. Rien ne peut changer l'histoire : Steve Harris est un Hammer, Damon Albarn un Blue, Elton John est un Hornet et les frères Gallagher sont des Citizens. On a aussi en mémoire ces mythes, le You'll never walk alone d'Anfield, le I'm forever blowing bubbles des supporters de West Ham ou encore le Delilah de Stoke. Au fil de son histoire, le Royaume a avancé en musique jusqu'à l'inclure profondément dans sa culture foot. Mai 1970, le premier véritable ouragan. L'Angleterre est alors championne du monde en titre après son sacre à domicile en 66 et se prépare à partir défendre cette étiquette au Mexique. Bill Martin et Phil Coulter ont alors l'idée d'écrire une chanson pour les Three Lions : Back Home. Un succès commercial immédiat et un tube qui truste la tête des charts le 16 mai 1970. C'est le début d'une révolution culturelle, alors que les Beatles viennent de se séparer. Le succès se répétera vingt ans plus tard, avant le Mondial italien, sur un rap improbable de John Barnes. C'est l'histoire nationale. Reste que le succès des années 70 a lancé la tradition la plus belle de l'histoire du foot anglais : à partir de cet instant, chaque équipe finaliste de la FA Cup enregistrera un tube. Et un succès immédiat.

Youtube

La révolution en chanson


Si le Royaume-Uni a toujours vécu au rythme de ses élucubrations musicales, il a fallu du temps aux footballeurs pour apprendre à réciter leurs gammes. Dans les années 1930, les Gunners sont les premiers à monter sur l'estrade. Plusieurs chansons, enregistrées par les joueurs de l'équipe première, sont compilées sur un disque pour gramophones. Trop mauvais ou simplement pas assez entraînants, les morceaux des Gunners ne trouvent pas beaucoup d'oreilles attentives à Londres. Coup de micro dans l'eau. Les footballeurs seraient donc contraints de s'en tenir aux reprises de volée pour laisser les envolées musicales aux gens qualifiés ? Les années passent, et cette théorie se confirme. Pendant quarante ans,…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant