La «G20 mania» déferle sur la Corée du Sud

le
0
Le président Lee Myung-bak a érigé l'événement en cause nationale, espèrant faire du sommet l'apothéose de sa carrière politique.

À Séoul

Dans la froidure de l'automne séoulite, une file d'adolescents patiente sagement devant un Photomaton hors norme, à l'entrée du Coex, le plus grand centre commercial d'Asie. Situé dans le quartier des affaires de Gangnam, au sud de la capitale sud-coréenne, ce dédale souterrain de boutiques deviendra le centre du monde, les 11 et 12 novembre, lorsque les dirigeants des vingt plus grosses économies de la planète tenteront d'y endiguer la guerre des changes qui menace de faire dérailler l'économie mondiale. Mais pour les ados, l'essentiel est ailleurs: grâce à la fée technologie, ils se font prendre en photo aux côtés de Barack Obama ou laissent un message électronique à Nicolas Sarkozy.

La «G20 mania» déferle sur la Corée du Sud, orchestrée par le président Lee Myung-bak qui a érigé l'événement en cause nationale et espère faire du sommet l'apothéose de sa carrière politique. «L'avenir du monde s'ouvre en Corée!», proclame une banderole gé

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant