La fusion Numericable-SFR examinée par l'Autorité de la concurrence

le
0
La fusion Numericable-SFR examinée par l'Autorité de la concurrence
La fusion Numericable-SFR examinée par l'Autorité de la concurrence

L'Autorité de la concurrence a annoncé ce mercredi l'ouverture d'un «examen approfondi» sur l'acquisition de SFR par le groupe Altice, maison mère du câblo-opérateur Numericable. Le lancement d'une telle procédure est classique en cas de «doutes sérieux d'entraves à la concurrence». Le délai pour la mener à bien est d'environ trois mois, mais il peut être allongé si nécessaire, a précisé l'Autorité de la Concurrence.

Le régulateur avait indiqué début juillet qu'il se prononcerait sur le rachat de SFR et sa fusion avec Numericable «à l'automne». Le rachat intéresse en effet l'Autorité qui évoquait à l'époque l'existence de «chevauchements» d'activité «méritant des solutions».

En cause, l'impact concurrentiel de cette opération de rachat sur plusieurs marchés comme le très haut débit, la distribution des mobiles, les boutiques zone par zone, les offres de gros, les services de capacités ou encore la gestion des réseaux mobiles. A la Réunion et à Mayotte, par exemple, la maison mère de Numericable, Altice, a récemment acheté Outremer télécom et Mobius, qui lui permettent d'offrir des offres mobiles et fixes, alors que SFR, via sa filiale SRR, détient la moitié du marché mobile local.

Le rachat de Virgin Mobile également examiné

L'Autorité fondera également son examen sur l'avis que l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), gendarme des télécoms, lui a envoyé la semaine dernière, ainsi que celui du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

L'Autorité a également souligné qu'elle statuerait en même temps sur le rachat de l'opérateur sans réseau propre Virgin Mobile par Numericable. «L'objectif est de faire cheminer ces deux dossiers ensemble pour aboutir à des décisions rendues le même jour qui pourront intégrer aussi les développements que nous aurons consacrés à l'autre rapprochement», avait alors souligné le président de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant