La fusion Fiat-Chrysler met l'Italie en émoi

le
0
Le patron du groupe défend un tel rapprochement et évoque un siège social aux États-Unis.

Pour les 150 ans de l'Unité de l'Italie qui seront célébrés en mars prochain, Fiat envisage-t-il d'annoncer le transfert de son siège à Detroit? Posée de manière brutale par le leader du parti démocrate d'opposition Pier Luigi Bersani, la question traduit les vives inquiétudes que suscite en Italie le destin du premier groupe privé.

Tout part de remarques faites en fin de semaine par Sergio Marchionne, lors d'un meeting de concessionnaires Chrysler à San Francisco. Après avoir réaffirmé que Fiat n'a aucune intention de vendre sa marque Alfa Romeo, l'administrateur délégué avait déclaré «envisageable d'ici deux à trois ans que Fiat et Chrysler (dont Fiat détient aujourd'hui 25% du capital) ne forment plus qu'un seul groupe». L'hypothèse d'une fusion avait déjà été envisagée. Sergio Marchionne a toutefois ajouté une précision qui a fait couler beaucoup d'encre: «Cette nouvelle entité pourrait être basée aux États-Unis.» Précisant que les deux group

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant