La fusée nord-coréenne agace la Chine

le
0
Si États-Unis, Japon et Corée du Sud sont en alerte, la Chine ne sait pas comment se placer par rapport à son allié communiste.

De notre correspondant à Séoul.

La blague fait grincer les dents des internautes de l'empire du Milieu: un dirigeant chinois appelle au téléphone son jeune allié Kim Jong-un pour s'enquérir de la date du lancement de la controversée fusée Unha 3. «10, 9, 8, 7, 6...», lui répond, laconique, le turbulent leader nord-coréen, âgé de moins de 30 ans. L'embarras de Pékin est palpable à quelques heures du lancement de l'engin spatial qui doit emporter un «satellite d'observation terrestre», mais camouflerait un missile balistique de longue portée, selon les États-Unis.

Alors que les réservoirs de la fusée étaient en cours de remplissage, mercredi, sur le site de Sohae, la Chine a fait part de son «inquiétude» et finalement décidé de ne pas envoyer d'observateurs sur place. «C'est un véritable dilemme pour Pékin», juge Shi Yinhong, professeur à l'Université Renmin. Car ce tir en violation de la résolution 1874 du Conseil de sécurité de l'ONU force la C

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant