La fuite du clan Kadhafi racontée par un fidèle

le
0
Le chef touareg Aghali Alambo témoigne de la dispersion des derniers fidèles du Guide.

«En tant que chef touareg, je conseille aux Touareg qui se sont repliés avec les kadhafistes d'arrêter de tergiverser. Il faut négocier pour éviter le combat. Le régime s'est effondré et il n'y a plus personne pour qui se battre.» Longtemps proche de Kadhafi, le chef touareg d'origine nigérienne, Aghali Alambo, 47 ans, jette l'éponge. Il a quitté Tripoli lors de la chute de la capitale et rejoint Niamey dimanche en compagnie d'anciens fidèles du Guide dont l'ex-patron de la télévision, Abdallah Mansour, après un long périple à travers la Libye.

Interrogé par Le Figaro, il raconte au téléphone sa fuite : «Je suis d'abord passé par Beni Oulid (170 km au sud-est de Tripoli). Là, j'ai rencontré Seïf al-Islam, le fils de Kadhafi. C'était le 30 août. Il paraissait déterminé à résister, mais il est aujourd'hui, dit-on, à Sebha (la poche pro-kadhafiste du centre du pays). À Beni Oulid, l'ambiance n'était pas bonne. Les habitants nous demandaient

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant