La French Tech à la conquête de Las Vegas

le
0
La French Tech à la conquête de Las Vegas
La French Tech à la conquête de Las Vegas

On n'a jamais autant parlé français au salon d'électronique CES de Las Vegas. La French Tech y est présente en force cette année, en particulier parmi les startups où la France représente la deuxième délégation après les Etats-Unis."Nous avons fortement accru notre présence. Elle a plus que triplé en trois ans", avec 190 entreprises françaises dont 127 dans l'Eureka Park, la partie du salon consacrée plus spécifiquement aux jeunes pousses, souligne le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, qui comme l'an passé est venu à Las Vegas pour les soutenir."C'est une façon d'accompagner les startups françaises dans ce qui est la vitrine mondiale de l'innovation technologique", mais aussi "l'occasion de les aider à avoir des contacts avec des investisseurs, avec des grands groupes, pour avoir des projets commerciaux, de nouveaux marchés, et faire venir des investisseurs" en France, ajoute-t-il.Certaines sociétés françaises sont des habituées du CES, comme Withings et ses moniteurs d'activité, Netatmo, davantage orientée vers les appareils pour la maison connectée, ou encore Parrot avec ses drones et ses pots de fleurs connectés.Mais le coq rouge, symbole de la French Tech, se fait tellement remarquer cette année que le magazine américain Forbes a évoqué "une invasion"."On a plus de visibilité peut-être que d'autres pays, mais on n'a pas encore assez de recul pour dire si ça aide", relève Ivan Skybyk, co-fondateur de Sensorwake.Cette société nantaise présente un réveil olfactif, promettant de vous sortir du lit en deux minutes, avec deux avantages selon lui: "La douceur: on se réveille progressivement, alors que le son est brutal. Et le plaisir: on choisit des odeurs qu'on aime, associées à des choses positives. On peut varier les plaisirs et on se réveille de bonne humeur tous les matins".Les parfums, que l'entreprise se procure auprès du spécialiste suisse Givaudan, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant