La France va devoir réaliser entre 6 et 10 milliards d'économies

le
0
La commission des finances du Sénat estime que le scénario de croissance de Paris est trop optimiste. Pour tenir son objectif, le gouvernement va devoir annoncer des coupes dans les dépenses.

Pour tenir son objectif de ramener le déficit public à 4,6 % du PIB en 2012, le gouvernement risque de devoir annoncer à la rentrée 6 à 10 milliards d'efforts supplémentaires, sous forme de coupes dans les dépenses, de réduction des niches fiscales ou de hausse d'impôts. Telle est l'opinion de la commission des finances du Sénat. Ses membres jugent trop optimiste le scénario de croissance du programme de stabilité.

Dans ce document, qui sera envoyé à Bruxelles après un examen au Sénat,mercredi, et à l'Assemblée lundi, le gouvernement table sur une hausse du PIB de 2 % en 2011, de 2,25 % en 2012 et de 2,5 % par la suite. «Nous préférons anticiper une croissance de 2 %, ce qui correspond au potentiel de l'éco­nomie française», note Philippe Marini, le rapporteur UMP de la commission. À vrai dire, la commission table même sur une hausse du PIB de 1,75 % en 2011.

«Le gouvernement ne fournit pas assez de mesures précises permettant de s'assurer qu'il y au

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant