La France va accueillir 1.000 réfugiés arrivés en Allemagne

le
0

PARIS, 7 septembre (Reuters) - La France accueillera en urgence mille migrants pour soulager l'Allemagne, sans attendre l'adoption du nouveau plan de répartition que la Commission européenne va proposer, a déclaré lundi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Dès lundi matin, des fonctionnaires de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) se sont rendus à Munich "pour identifier les personnes en besoin manifeste de protection que la France accueillera", a-t-il dit. En accord avec les autorités allemandes, les réfugiés reçus en France seront uniquement des ressortissants syriens, irakiens et érythréens, a précisé Bernard Cazeneuve à la presse. Le président de l'exécutif européen, Jean-Claude Juncker, entend que les pays membres se répartissent un nouveau contingent de quelque 120.000 personnes ayant fui les zones de guerre et arrivant dans des pays comme l'Italie, la Grèce ou la Hongrie, a indiqué lundi une source au sein de l'Union. Plus de 20.000 migrants sont arrivés le week-end dernier en Allemagne. François Hollande a annoncé lundi l'accueil de 24.000 nouveaux réfugiés en France dans le cadre du dispositif proposé par l'exécutif européen. ID:nL5N11D1H Les mille migrants accueillis en urgence seront orientés vers une dizaine de centres d'accueil provisoires basés pour l'essentiel en Ile-de-France. Ils resteront dans ces centres quelques semaines seulement, le temps que leur demande d'asile soit définitivement instruite, a précisé Bernard Cazeneuve. Dès que le statut de réfugié leur sera reconnu, des offres de logement en lien avec les communes volontaires pourront être effectuées. Le ministre doit réunir samedi matin les maires qui se sont dits prêts à accueillir des demandeurs d'asile. Plusieurs élus, notamment socialistes, se sont manifestés ces derniers jours. Le Parti socialiste a lancé un appel à la constitution d'un réseau de villes solidaires qui s'engageraient à accueillir des réfugiés. "Tout cela est possible dans un contexte d'urgence", a souligné Bernard Cazeneuve. La Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale, qui regroupe près de 900 associations, a réitéré sa demande de création d'au moins 20.000 places supplémentaires et de nouvelles capacités d'accompagnement "pour répondre à la crise de manière concrète et durable". Elle affirme dans un communiqué qu'actuellement seul un tiers des demandeurs d'asile "a accès à une place en centre d'accueil pour demandeurs d'asile en France, comme le prévoit pourtant la loi". (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant