La France va accroître ses émissions de dette MT/LT en 2015

le
3

* Un programme marqué par l'ampleur des remboursements de dette * Il refinancera des titres émis au plus fort de la crise * La France a profité de conditions de financement exceptionnelles (Actualisé avec précisions) par Raoul Sachs PARIS, 18 décembre (Reuters) - La France va émettre l'an prochain 187 milliards d'euros de dette à moyen et long terme (nets des rachats), soit 14 milliards d'euros de plus qu'en 2014 et un montant proche du record de 188 milliards d'euros atteint en 2010, a annoncé jeudi l'Agence France Trésor (AFT). Cette augmentation des émissions est due, essentiellement au montant très élevé des remboursements de titres arrivant à échéance en 2015 (116,5 milliards d'euros), émises au plus fort de la crise en 2009-2010 pour financer des déficits budgétaires qui avaient explosé. "Nous avons en 2015 le refinancement de la très forte hausse du déficit budgétaire pendant la crise", a souligné Ambroise Fayolle, directeur général de l'AFT, lors d'un point presse. Le programme d'émission 2015, annoncé initialement à 188 milliards d'euros le 1er octobre lors de la présentation du projet de budget au conseil des ministres, a été réduit d'un milliard du fait d'une légère réduction du déficit budgétaire à l'issue de son examen au Parlement. Il est ainsi ramené ainsi de 75,7 milliards à 74,4 milliards d'euros. L'AFT a d'autre part confirmé que l'encours de la dette court terme (BTF), qui est attendu à 177 milliards d'euros fin 2014, serait stable en 2015, alors que cette année il a dû être augmenté de 4,2 milliards d'euros afin de financer un dérapage du déficit budgétaire. Tirant le bilan de 2014, Ambroise Fayolle a expliqué que l'AFT avait profité de "très bonnes conditions de financement" pour préfinancer les remboursements des années à venir. Le taux moyen pondéré de la dette française de maturité supérieure à un an est tombé cette année à un plus bas historique de 1,31% contre un précédent plus bas de 1,56% en 2013. L'AFT a émis un montant brut de 203 milliards d'euros d'obligations assimilable du Trésor (OAT) pour un programme d'émission net des rachats de 173 milliards. ALLONGEMENT DES MATURITÉS "On a fait plus de 30 milliards de rachats, un chiffre historiquement élevé", a dit Ambroise Fayolle qui a expliqué que, via les rachats réalisés en 2013 et 2014, l'AFT a préfinancé le quart du montant total de la dette arrivant à maturité en 2015 (147 milliards d'euros). Sur les 30,6 milliards de rachats en 2014, les titres de dette d'échéance 2016 représentent 2,9 milliards d'euros. "Nous avons constaté cette année un allongement des maturités émises et une très forte demande de 15 ans dont nous avons émis 34,5 milliards d'euros, deux fois plus qu'en 2013", a indiqué Ambroise Fayolle qui a ajouté que l'AFT suivait la demande. Dans ces conditions, comme en 2013, elle a émis d'anciennes souches à coupons élevés qui ne sont plus des lignes de référence ("off the run"). Ambroise Fayolle a indiqué que les émissions d'OAT "off the run" ont représenté en 2014 22% du total et généré 7,0 milliards de primes qui ont abondé le compte du Trésor. La maturité moyenne de la dette négociable de la France est de sept ans et 19 jours. "C'est assez élevé pour un pays de la zone euro mais cela nous permet de réduire le risque de financement", a-t-il expliqué. Il a ajouté que la prévision de taux à 10 ans sur laquelle est bâti le projet de budget 2015 a été ramenée de 2,2% en octobre à 1,8% en décembre. "C'est un chiffre très prudent", a-t-il dit. Ce jeudi, le rendement de l'OAT de référence à 10 ans FR10YT=TWEB est tombé à un nouveau plus bas historique de 0,847% sur le marché secondaire. L'AFT prévoit d'émettre en 2015 une nouvelle souche de référence de maturité février 2018 (un deux ans "long") deux nouvelles souches de référence à 5 ans et de deux nouvelles souches de référence à 10 ans. Elle envisage également la possibilité de créer une autre ligne de référence de maturité comprises entre 15 et 20 ans ainsi qu'une nouvelle obligation de référence à 10 ans indexée sur l'inflation française (OATi), dont la date de remboursement sera le 1er mars et non plus le 25 juillet. Comme chaque année, les émissions de titres indexés sur l'inflation française et de la zone euro (OATei) ont représenté environ 10% du programme (17,7 milliards d'euros). A compter de l'année prochaine, les OAT de maturité comprise entre deux et sept ans seront adjugées le troisième jeudi de chaque mois, les opérations sur OAT de maturité moyenne ne se limitant plus au deux ans/cinq ans. Les OAT de maturité supérieure à sept seront adjugées le premier jeudi de chaque mois. Le communiqué de l'AFT : http://bit.ly/1v39dVb (Raoul Sachs, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1310580 le jeudi 18 déc 2014 à 17:00

    encore des dettes sur notre dos !

  • janaliz le jeudi 18 déc 2014 à 15:50

    Et une seconde question pourrait aussi être posée : suppression des différentes retraites des politiques et alignement sur le régime général. Une et une seule ! Quelques soient le nombre de fonctions exercées ! Si les politiques ne veulent pas on s'occupera de leur forcer un peu la main !

  • janaliz le jeudi 18 déc 2014 à 15:47

    C'est cela, c'est la faute aux autres ! L'augmentation des fonctionnaires c'est aussi le remerciement aux générations futures et le cadeau empoisonné pour les suivants. Je vois bien un beau référendum en juin 2017 sur la suppression du statut de la fonction publique et alignement général sur les contrats de droit commun ! Et je vous donne le résultat : au moins 66% de oui, avec une participation record !

Partenaires Taux