La France souhaite vite une politique de la BCE "plus adaptée"

le
8
LA FRANCE SOUHAITE VITE UNE POLITIQUE DE LA BCE "PLUS ADAPTÉE"
LA FRANCE SOUHAITE VITE UNE POLITIQUE DE LA BCE "PLUS ADAPTÉE"

PARIS (Reuters) - La France souhaite une politique monétaire "plus adaptée" de la part de la Banque centrale européenne dès janvier, a déclaré mercredi le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron.

La prochaine réunion de politique monétaire de la BCE aura lieu le 22 janvier. Quasiment tous les économistes interrogés par Reuters pensent qu'elle lancera un programme d'assouplissement quantitatif (QE) comportant l'achat d'obligations souveraines, en mars sinon en janvier.

Le débat sur la politique européenne "sera porté par le président de la République dès demain pour avoir une politique macroéconomique plus adaptée dans le contexte actuel, en termes d'une meilleure coordination de nos politiques budgétaires et --même s'il ne faut jamais en parler -- souhaiter que dès janvier une politique monétaire plus adaptée accompagne aussi nos efforts", a dit Emmanuel Macron lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

François Hollande sera jeudi et vendredi à Bruxelles pour un Conseil européen.

Selon Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, un large consensus existe au sein du conseil des gouverneurs pour faire plus face "aux risques de désinflation". Il a cependant jugé "un peu naïve" la fascination pour l'assouplissement quantitatif et souligné que ce qui a fonctionné aux Etats-Unis ou au Japon, qui ont mené de tels programmes, n'est peut-être pas reproductible en Europe.

LA FRANCE FAIT SA PART

Les responsables politiques français, qui ont pendant longtemps pressé la BCE d'assouplir sa politique pour affaiblir l'euro et soutenir l'économie européenne, saluent depuis plusieurs mois l'action de son président, Mario Draghi.

Emmanuel Macron avait estimé le mois dernier qu'il était inutile de mettre davantage de pression sur la BCE, dont l'indépendance est farouchement défendue par elle-même mais aussi par l'Allemagne, et qu'il fallait que les Etats méritent de nouvelles actions de sa part.

"Ma conviction, c'est qu'on arrivera à déclencher cela non pas en le demandant avec force, en mettant sous pression la BCE, mais en créant les conditions politiques pour que la BCE puisse décider de la sorte", avait-il dit.

"C'est-à-dire : la France en faisant ses réformes et en montrant qu'elle construit elle-même son avenir économique et politique, et l'Europe en prenant ses responsabilités et donc en trouvant un compromis politique sur un vrai plan d'investissements."

Depuis, le ministre de l'Economie a présenté son projet de loi sur la croissance et l'activité qui vise à améliorer le potentiel de croissance de l'économie française en réformant de nombreux secteurs.

La France prend ses responsabilités et se réforme, a insisté le ministre des Finances, Michel Sapin, devant les députés.

La situation à laquelle les Européens doivent répondre est celle d'"une trop faible croissance, une trop faible inflation et un trop fort chômage pendant trop longtemps", a-t-il dit.

Pour cela, "il faut que chacun prenne ses responsabilités, nous avons, nous la France, à prendre nos responsabilités en particulier dans le domaine des réformes en profondeur", a ajouté Michel Sapin, en citant le projet de loi d'Emmanuel Macron.

(Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sense78 le mercredi 17 déc 2014 à 17:11

    La France souhaite une politique "Macron"-économique plus adaptée ... à des déficits sans efforts et sans reduction des dépenses. C'est sûr que nous pouvons montrer l'exemple auprès de nos partenaires (un nain économique ne peut pas être considéré comme un partenaire politique majeur)

  • dsta le mercredi 17 déc 2014 à 17:03

    "Il faut que la BCE fasse une politique plus adaptée...? Mais les socialos qui ont tous les pouvoirs, ils attendent quoi pour faire des réformes ???...Les socialos préfèrent attendre un bouc émissaire pour ne rien faire ...et surtout continuer à se gaver sur le dos des Français ! Ils attendent sûrement que le courage leur tombe sur la tête, voire un peu de bon sens !!!

  • nicog le mercredi 17 déc 2014 à 17:00

    Assouplir les conditions de la BCE ? Mais il demande quoi Macro-poisson-pilote ? Les taux à 10 ans sont déjà à 0,90% et les Taux à 3m sont à zéro. Ce sont des réformes structurelles qu'il faut + des défenses immédiates contre les prédateurs multinationaux. Mais quand vont-ils s'y mettre ?

  • ceriz le mercredi 17 déc 2014 à 16:58

    c pas à la bce de faire le boulot des gouvernants ! en panne? d'idées? : solution: la première réforme à mener : c 'est diviser par deux le nombre d'élus , parlementaires ! fonctionnaires et autres sangsues de l'état, régions départements, communes ...........il faudra que le peuple les y oblige! trop de monde se goinfre sur la nation............et leur système de retraite!

  • rouches le mercredi 17 déc 2014 à 16:52

    "La France se réforme". Ah bon ? Quoi, ils vont abroger la loi qui oblige d'avoir du foin dans sa cave ?

  • ZvR le mercredi 17 déc 2014 à 16:52

    Avant de commencer à réclamer des mesures spéciales de la BCE, il serait bon de réduire l'évaporation financière dans les rouages de l'état et de mettre nos très chers hauts fonctionnaires à contribution. Une baisse drastique de leurs salaires serait un bon début. Vu les résultats obtenus ces dernières années, ces niveaux de rémunération ne sont aucunement mérités.

  • soulamer le mercredi 17 déc 2014 à 16:48

    c'est pas la bce qui va supprimer les avantages des fonctionnaires et des régimes speciaux! quand il n'y aura plus un rond ce sera la revolution et la Hollande et sa clique devront raser les murs.

  • ccondem1 le mercredi 17 déc 2014 à 16:45

    Que la BCE efface déjà le quart de notre dette ! ;-)