La France, son six perdu et Cabaye

le
0
La France, son six perdu et Cabaye
La France, son six perdu et Cabaye

Orpheline du chef d'orchestre virtuose qu'elle aurait dû mettre au monde et qu'elle n'a jamais eu la force d'engendrer, la France de 2016 se retrouve à jongler avec différentes solutions d'urgence devant sa défense, au cœur du jeu. A la suite de la suspension de N'Golo Kante, Didier Deschamps doit encore redessiner son milieu avant d'affronter la limpidité du jeu de l'Islande : repasser à un double pivot ou conserver son 4-3-3 et replacer Cabaye ?

Didier Deschamps. Marcel Desailly. Alain Boghossian. Emmanuel Petit. Christian Karembeu. Patrick Vieira. Claude Makelele. Olivier Dacourt. Benoît Pedretti. Alou Diarra. Jérémy Toulalan. Mathieu Flamini. Abou Diaby. Rio Mavuba. Lassana Diarra. Yann M'Vila. Blaise Matuidi. Maxime Gonalons. Etienne Capoue. Francis Coquelin. Josuha Guilavogui. Paul Pogba. Geoffrey Kondogbia. Morgan Schneiderlin. Et enfin N'Golo Kante. L'héritage de France 98 ne se résume pas qu'à celui de Zizou : grande adepte du double pivot et donc de la formation de milieux défensifs, la France n'a cessé de produire des joueurs capables d'évoluer devant la défense, que ce soient des stoppeurs replacés (Desailly au Milan), des milieux tout-terrain (Pogba) ou de véritables sentinelles de formation (Gonalons). Souvent placé devant la défense tel un bouclier humain ou une assurance-vie pour son entraîneur, le milieu défensif à la française rime avec un champ lexical bien particulier, presque islandais : générosité, combat, sacrifice, devoir. Le placement plutôt que la vitesse, la course plutôt que le dribble, le travail du physique plutôt que l'art de la technique. Mais si la France a choisi le grand gourou Deschamps pour la guider en 2016, les années 2010 ont eu le temps de retracer la géographie des milieux européens.


Ainsi, à l'heure où le vieux continent s'est mis à peupler ses milieux de chefs d'orchestre modernes, la France s'est retrouvée désemparée. Elle qui est si cérébrale, philosophe, musicale... La France a perdu son six et ressemble à une mère abattue. Pourtant, un Pirlo lui serait bien allé. Modric aurait été un bon représentant du football à la française. Et ce n'est pas un hasard si Paris se fête au rythme des crochets de Verratti. La France, pour des raisons géographiques et culturelles plus ou moins évidentes, aurait même dû réconcilier la récupération nécessaire nordique et la technique esthétique méditerranéenne. Ce projet est finalement né à deux heures de route de Perpignan, mais de l'autre côté de la frontière, à Sabadell. Il s'appelle Sergio Busquets. Il aurait pu s'appeler Serge Bouquet et parfumer l'Europe tel un cadeau empoisonné. Enivrant de beauté, rageant de perfection.…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant