La France se réforme comme jamais, assure Valls

le
7

* Publication d'un agenda des réformes réalisées et prévues * Le mouvement "doit se poursuivre et s'amplifier", dit Valls PARIS, 12 décembre (Reuters) - Manuel Valls a présenté vendredi "l'agenda de réformes" de son gouvernement résumant, sans annonce nouvelle, l'action engagée pour transformer le pays sous l'oeil critique et impatient de ses concitoyens, comme de ses partenaires européens. La présentation du calendrier des l55 réformes en cours et à venir, disponibles sur le site www.agenda-reformes.gouv.fr, clôt une séquence de communication d'une semaine du Premier ministre au volontarisme affiché, en poste depuis 250 jours. "Un mouvement de réformes sans précédent a été enclenché dans notre pays. Il doit se poursuivre et s'amplifier", a-t-il déclaré devant la presse à Matignon après une réunion du gouvernement, secrétaires d'Etat compris. "La France doit continuer de se réformer, d'aller de l'avant car le monde change et il ne nous attend pas", a-t-il ajouté, soucieux de donner de la lisibilité à un "agenda 2015-17" ayant la "vocation d'inscrire l'action dans la durée", gage de "réussite pour les Français et pour la France". Le Premier ministre a organisé son propos autour de trois objectifs martelés depuis des mois : soutenir la croissance et l'emploi via le pacte de responsabilité, la réforme du dialogue social et le choc de simplification ; lutter contre les inégalités à travers l'école et l'accès pour tous aux services de santé ; préparer l'avenir en se concentrant notamment sur la transition énergétique, à un an de la Conférence mondiale sur le climat de Paris. PÉDAGOGIE Cet exercice de pédagogie a constitué le point d'orgue d'une semaine de visibilité médiatique du Premier ministre. Dans un entretien dimanche sur France 2, il a dit son souhait de rester à son poste jusqu'en 2017, refusant d'être un "déserteur" face aux difficultés. ID:nL6N0TR0QR Une mise au point à l'adresse de ceux qui le soupçonnent d'avoir d'autres ambitions alors que les échéances électorales, annoncées comme périlleuses pour la majorité, et l'approche de l'élection présidentielle posent la question d'un éventuel "troisième temps" du quinquennat de François Hollande. Mercredi, c'est à l'Elysée, entouré d'une dizaine de membres du gouvernement, que Manuel Valls a choisi de défendre la loi controversée pour la relance de l'activité préparée par le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron. ID:nL6N0TU2B2 Le soir, il prononçait un discours sur le thème de la lutte contre les inégalités, donnant des gages à une aile gauche de son camp en désaccord avec sa politique. ID:nL6N0TU4IY Le lendemain à l'Assemblée nationale, Manuel Valls s'est lancé dans une déclaration de loyauté à l'égard du chef de l'Etat, affirmant sa "fierté" de servir François Hollande, le président le plus impopulaire de la Ve République. A l'approche de 2015, président et Premier ministre espèrent recueillir les fruits des réformes engagées. Parmi les raisons d'espérer, le gouvernement table sur la baisse du prix du pétrole, la baisse de l'euro favorable aux exportations françaises, les taux d'intérêt très bas et la révision à la baisse du déficit public 2015 à 4,1%, contre 4,3% précédemment annoncés. Loin, toutefois, des 3% imposés par les règles européennes. Même s'il assure engager les réformes "pour nous-mêmes", Manuel Valls sait que son action sera jugée par la Commission européenne, qui doit rendre début mars son verdict sur la France, menacée de sanctions inédites pour non respect des règles budgétaires communes. (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le vendredi 12 déc 2014 à 16:18

    Gribouille, fouillis et cie:aucune réformes des dépenses de l'état réduction du nombre des parlementaires plafonnement et fiscalisation de tous leurs revenus et avantages, Réduction de la haute fonction publique et du nombre des fonctionnaires .suppression des statuts spéciaux,retour aux 39 heures pour tous,délai de carence de 3jrs en arrêt maladie pour tous,retraite à 65 ans pour tous.

  • cavalair le vendredi 12 déc 2014 à 15:33

    Il a raison Il a fallut 70 ans pour que l'on ouvre les magasins 5 dimanches par an. Une vraie revolution. Un petit pas pour l'homme un grand pas pour les franchouillards

  • M4960905 le vendredi 12 déc 2014 à 15:33

    La france se dégrade, c'est ce changement permanent que Valls appelle la réforme

  • M2734309 le vendredi 12 déc 2014 à 15:30

    " Parmi les raisons d'espérer, le gouvernement table sur la baisse du prix du pétrole, la baisse de l'euro favorable aux exportations françaises, les taux d'intérêt très bas", autrement dit aucune action dont il est responsable, mais tous des coups de bol extérieur. Gare le jour où ça va se retourner !!!

  • alf95 le vendredi 12 déc 2014 à 15:27

    Vous êtes les plus beaux, les meilleurs, un chance que la France vous ai! On s'en souviendra en 2017. N'ayez crainte, on n'oubliera pas de mettre le bon bulletin de vote dans l'urne... ou pas ;)

  • tropfort le vendredi 12 déc 2014 à 15:03

    La réforme, c'est déplaire à tes potes. Ce que tu appelles réforme, c'est juste du travail quotidien pour nous. Mais c'est sûr qu'un soc qui travail, c'est exceptionnel !

  • tropfort le vendredi 12 déc 2014 à 15:01

    Coué, ça marche dans les bonnes périodes, pas maintenant. Arrête de te pèpèriser, bon sang !