La France s'organise face à l'espionnage industriel

le
0
Police, gendarmerie, services de renseignements sont de plus en plus mobilisés pour éviter que les secrets de fabrique français ne s'éventent au profit des concurrents étrangers.

Sur la scène internationale, la guerre froide a cédé place à la guerre économique, et les James Bond se sont adaptés. Un agent de renseignements efficace doit désormais parler chinois plutôt que russe, et qu'importe s'il est une fine gâchette tant qu'il sait décrypter un bilan annuel d'entreprise. Un smartphone caché sous une table suffit pour écouter des discussions, et une cravate peut faire tomber des secrets : une société française qui accueillait une délégation chinoise pour une visite d'usine a ainsi surpris l'un des visiteurs effectuant des prélèvements de sa production en trempant l'accessoire dans une cuve !

Face à ces délinquants en col blanc venus de l'étranger, les entreprises françaises peuvent mobiliser la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Celle-ci, bien que n'ayant pas été saisie officiellement, suit de près l'affaire Renault. La DCRI dispose d'un service dédié à l'intelligence économique, via la protection du patrimoi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant