«La France restera aux côtés du Mali tant qu'il sera menacé», promet Hollande

le
1
«La France restera aux côtés du Mali tant qu'il sera menacé», promet Hollande
«La France restera aux côtés du Mali tant qu'il sera menacé», promet Hollande

Il est le seul chef d'Etat occidental à avoir fait le déplacement. François Hollande est arrivé jeudi à Bamako au Mali pour la fête d'investiture du nouveau président malien Ibrahim Boubacar Keïta élu cet été après des mois de chaos. Dans le Stade du 26 Mars, le chef de l'Etat français a prononcé un discours assez bref de chef de guerre victorieux très acclamé, alors que la France a envoyé en janvier ses troupes pour aider les forces maliennes à faire face aux groupes islamistes armés qui occupaient le nord du pays.

Sur un ton martial, très applaudi par la foule, François Hollande a salué la victoire au Mali. «Nous avons gagné cette guerre», a-t-il déclaré. «Nous avons chassés les terroristes et vous avez réussi à organiser une élection (...) Aujourd'hui nous fêtons une grande victoire (...) La France est fière d'avoir contribué à cette victoire ». Puis, avec des accents rappelant la fameuse anaphore «Paris libéré» du général De Gaulle, le président a lancé : «Aujourd'hui c'est tout le Mali qui a été libéré!».

François Hollande a aussi mis en garde contre la présence des terroristes au Mali. «Nous devons rester vigilants». Et de promettre : «La France restera aux côtés du Mali tant qu'il sera menacé».

«La France est venue honorer une dette»

Le chef de l'Etat a aussi rendu hommage aux soldats qui se sont battus sous les drapeaux français lors des deux guerres mondiales. «La France est venue honorer une dette» a-t-il déclaré. «La France n'avait pas oublié que des soldats maliens et africains avaient payé le prix de leur sang pour libérer la France (...) C'était notre devoir à notre tour de venir en soutien au Mali», a-t-il ajouté. «Le Mali et la France sont unis l'un à l'autre».

François Hollande a conclu son discours en justifiant l'intervention française au Mali, avec une allusion en creux à la Syrie. «Nous avons donné avec les Africains, la plus belle ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2280901 le jeudi 19 sept 2013 à 16:19

    des millions et des millions d'euros pour quelques islamistes à dos de chameaux avec des fusils à deux coups