La France rebondit sur les Oranje

le
0
La France rebondit sur les Oranje
La France rebondit sur les Oranje

Dominatrice et séduisante par intermittence, l'Equipe de France n'a pas su gérer sa rencontre face à des Hollandais pourtant éteints et portant visiblement le deuil de Johan Cruyff. Heureusement, Matuidi, 14 dans le dos, a surgi. C'était peut-être écrit.

Pays-Bas 2-3 France

Buts : De Jong (46e), Affelay (85e) pour les Oranje ; Griezmann (5e), Giroud (13e), Matuidi (88e) pour les Bleus

L'ombre de Cruyff ne pouvait que planer. Planer sur un stade, une équipe, et au fond, le football. Partis rejoindre l'au delà, les cheveux mi-longs de Johan se sont donc faits plus que présents à l'Amsterdam Arena. Prévu bien avant la rencontre, l'hommage a donc bien eu lieu. Un arrêt à la 14e minute, des applaudissements nourris, et Cruyff pouvait s'en aller rejoindre sa nouvelle famille et regarder sa descendance affronter les Bleus de Deschamps. Pas de bol pour l'idole, les siens ont été affreux. Apathiques, inoffensifs, lents, fébriles, les Oranje ont sans aucun doute rendu le plus mauvais hommage au plus grand des leurs. Tant pis pour le respect, tant mieux pour l'Equipe de France, qui s'est offerte un peu de satisfaction, avant de remettre ça mardi contre la Russie.

The sound of silence


Puisque les temps sont durs, Cruyff n'est d'ailleurs pas le seul à recevoir le soutien du terrain. Après une arrivée tardive sur les prés, les 22 acteurs marquent ainsi une minute de silence pour les victimes des attentats de Bruxelles. Et là, plus un bruit, rien. Respectée comme jamais, la minute de mutisme est splendide. Reste que le football n'est pas qu'un prétexte au souvenir, et que les deux équipes se doivent de lancer le spectacle. Côté français, c'est une équipe presque type, exception faite de Jallet et Mandanda, qui s'affiche. A ceux-là, DD décide d'ajouter Dimitri Payet, histoire de prouver que la bisbille est en apparence réglée, mais aussi de tester le bougre en Bleu. Et au fond, cette équipe a de la gueule. Entre un milieu de rêve (Pogba, Matuidi, Diarra), et des attaquants en pleine bourre (Griezmann, Payet, et dans une moindre mesure Giroud), les Bleus armés d'un nouveau maillot à faire s'évanouir Cristina Cordula, peuvent légitimement faire peur. D'autant qu'en face, les Bataves n'affichent que de faibles armes et débutent la partie avec une timidité affolante. Jallet décoche alors un premier bon centre, juste avant qu'un…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant