La France pousse ses pions au Kazakhstan

le
0
Le président Nazarbaïev est à Paris. Environ 1,5 milliard d'euros de contrats sont espérés.

À Astana

Si tout se passe comme prévu, le montant des contrats qui pourraient être signés mercredi à Paris, à l'occasion de la visite du président kazakh, Noursoultan Nazarbaïev, ne sera pas négligeable: 1,5 milliard d'euros sont en effet espérés. Toutefois, tempère une source diplomatique française, «ce sera peut-être un peu plus compliqué qu'on ne le pensait». «La liste des signatures attendues a fondu ces derniers jours», avoue-t-il.

Le sénateur Aymeri de Montesquiou, représentant spécial du gouvernement français pour l'Asie centrale, se veut cependant confiant. «Nous devrions progresser dans nombre d'importants dossiers», affirme-t-il.

En réalité, un an après la visite de Nicolas Sarkozy à Astana, le pari de faire de cette république d'Asie centrale un «partenaire stratégique» de la France «se matérialise petit à petit», estime le sénateur. C'est surtout vrai dans le domaine de la défense où Astana tente de tenir à distance le grand frè

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant