La France pousse les alliés à accélérer le tempo en Libye

le
0
Londres rechigne à engager ses hélicoptères avec ceux de Paris pour augmenter la pression sur Kadhafi.

Pour la seconde fois, Paris imprime la cadence. Deux mois après avoir donné le coup d'envoi des bombardements alliés autour de Benghazi, la France a confirmé lundi l'envoi d'hélicoptères d'attaque embarqués Tigre et Gazelle afin, a expliqué Alain Juppé, «d'accentuer la pression militaire sur le régime Kadhafi». «Nous voulons avancer et ne pas nous éterniser en Libye», assurait lundi le ministre des Affaires étrangères à l'issue d'un rendez-vous avec ses homologues européens à Bruxelles. «Sans changer de stratégie», la France veut accélérer la dynamique : des frappes plus précises sur le front militaire, un sérieux coup de pouce politique au Conseil national de transition libyen et - plus loin des regards - le lancement de passerelles avec ceux qui constatent à Tripoli que le colonel Kadhafi n'a plus aucun avenir.

À l'Otan comme à Paris, les stratèges ont constaté qu'à chaque intensification des frappes alliées, les proches et les subalternes de Kadhaf

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant