La France pourrait manquer d'électricité dès l'année prochaine

le
3

PARIS, 10 septembre (Reuters) - La France manquera de capacités de production électrique à partir de l'hiver 2015-2016 en raison de la "mise sous cocon" de nombreuses centrales à gaz, selon des estimations du Réseau transport électricité (RTE) publiées mercredi. Selon ces prévisions, le déficit de capacité électrique va s'accroître au cours des années à venir, atteignant 2.000 mégawatts (MW) dès l'hiver 2016-2017. Le Réseau estimait il y a encore un an que l'offre et la demande seraient à l'équilibre à cette date. RTE a plusieurs fois souligné au cours des dernières années que la sécurité d'approvisionnement électrique allait se détériorer à partir de l'année 2016 en raison notamment de la fermeture prévue par les directives européennes des quinze sites français les plus polluants. Dès l'hiver prochain, 900 MW de capacités manqueront en France pour faire face à une vague de froid, selon RTE. Le boom du gaz de schiste aux Etats-Unis a provoqué une augmentation des exportations de charbon, entraînant une baisse des prix et une augmentation de la rentabilité de ces centrales en comparaison de celles fonctionnant au gaz. "L'événement nouveau par rapport à l'an dernier, c'est l'annonce par les producteurs de mise sous cocon de cycles combinés gaz", a déclaré lors d'une présentation à la presse Dominique Maillard, président de RTE. "Notre rôle est celui de lanceur d'alertes, et c'est ce que je fais aujourd'hui", a-t-il ajouté, soulignant que les producteurs pourraient avoir à ramener leurs unités de production sur le réseau. Fin 2013, les producteurs d'électricité européens disaient avoir fermé temporairement près de 51 gigawatts de centrales à gaz modernes, soit l'équivalent des capacités combinées de la Belgique, de la République tchèque et du Portugal. François Hollande a promis d'engager la France dans un bouleversement de sa politique énergétique, à travers notamment une forte réduction des énergies fossiles. La loi sur la transition énergétique, actuellement examinée en commission, sera débattue à partir du 1er octobre à l'Assemblée. (Michel Rose, avec Marion Douet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cesarski le vendredi 12 sept 2014 à 19:29

    intox pour faire monter les prix, on connait la musique les moutons cela se tond et se retond

  • dotcom1 le mercredi 10 sept 2014 à 16:38

    Les Etats-Unis sombrent dans l'apocalyse et la désolation à cause du gaz de schiste. Les femmes perdent leur cheveux et les enfants naissent avec un bras dans le dos. Ne le voyez-vous pas? Moi non plus.

  • Pienegro le mercredi 10 sept 2014 à 16:25

    Et les verts qui veulent que l'on ferme les centrales nucleaires!Et comme la France est riche soyons disposés à payer le double du kw/h l'electricité des eoliennes le jour où le vent veut bien souffler!