La France plaide pour une communauté européenne de l'Energie

le
1

PARIS (Reuters) - L'Europe doit retrouver une politique de l'énergie fidèle à l'esprit de la construction européenne et établir d'ici dix-huit mois les besoins "massifs" d'investissements dans le secteur, estiment Laurent Fabius et Delphine Batho.

Le ministre des Affaires étrangères et la ministre de l'Energie rappellent, dans une tribune publiée vendredi, qu'en 2050 l'Europe devrait importer 90% de ses besoins énergétiques.

"Ces enjeux ont une dimension ­continentale. La réponse doit être européenne. Dans cet esprit, la France entend proposer à ses partenaires une politique énergétique européenne", écrivent-ils dans cette tribune parue dans le journal Les Echos.

"Il nous faut parvenir d'ici à dix-huit mois à identifier les besoins précis d'investissement afin de mobiliser l'ensemble des financements -disponibles et à créer- pour les grands travaux d'infrastructures", ajoutent-ils.

Ces investissements auraient notamment pour but de faire de l'Europe le numéro un mondial des énergies renouvelables, en s'appuyant sur les "champions européens" du secteur.

François Hollande a appelé à la construction d'une l'Europe de l'énergie, inspirée de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (Ceca) ou encore de la Politique agricole commune (Pac), lors de l'inauguration de la conférence environnementale.

Selon la lettre spécialisée Enerpresse, l'ancienne présidente d'Areva Anne Lauvergeon travaillerait avec d'autres experts du secteur sur la création de cette communauté européenne de l'énergie.

La France compte développer massivement les énergies renouvelables dans la cadre d'une transition énergétique dont les contours seront déterminés au cours d'un débat de six mois qui doit débuter la semaine prochaine.

Marion Douet, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.