La France peine à vendre le nom de ses stades

le
0

Si les clubs sportifs anglo-saxons sont à la pointe du naming, on ne peut pas en dire autant de leurs rivaux français. Deux équipes françaises, Nice et Le Mans, ont vendu, à ce jour, le nom de leur nouveau stade à une société.

Aviva Stadium en rugby, Allianz Arena en football ou encore le Barclays Center en basket. Les clubs sportifs anglo-saxons sont à la pointe du naming. On ne peut pas en dire autant de leurs rivaux français. Ainsi, en football, un seul club de Ligue 1 a réussi, à ce jour, à financer une partie de son budget avec le naming: l'OGC Nice. Mais en quoi consiste cette pratique utilisée sur 600 équipements à travers le monde?

Il s'agit pour une équipe sportive de vendre le nom de son stade à une société. En général, le contrat porte sur au moins une dizaine d'années et peut durer jusqu'à trente ans. «Le naming est d'autant plus efficace que le stade est nouveau», explique Thierry Vincenty, directeur général adjoint d'IMG France. La raison?...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant