La France passive contre la corruption de haut vol, d'après Bruxelles

le
1

La France échappe aux petits pots-de-vin et aux dessous de table au quotidien. Mais elle tarde à agir contre l'attribution des marchés publics et la négociation des grands contrats à l'étranger, d'après une enquête conduite par la Commission européenne.

De notre correspondant à Bruxelles

Le premier rapport anticorruption de l'UE, publié lundi, dresse le tableau du phénomène à l'intérieur des 28 pays de l'union. Il s'agit de mesurer l'«abus de pouvoir aux fins d'un profit personnel». Les experts et les juristes se gardent de présenter un classement des États-membres, de dresser le bilan de la corruption entre les vingt-huit ou de situer le Vieux Continent sur un palmarès planétaire. C'est plutôt un diagnostic individuel et un appel à la mobilisation face à un fléau qui coûterait 120 milliards d'euros à l'économie de l'UE chaque année (environ 1% du PNB).

Le message est aussi politique, après cinq années de crise économique et avant des élec...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4841131 le lundi 3 fév 2014 à 13:42

    parlez-vous du futur aéroport de nantes et de zéro ????