La France n'abandonne pas la sidérurgie 

le
0
L'arrêt des hauts-fourneaux de Florange, en Lorraine, montre les difficultés du secteur en France. Pourtant, il bénéficie encore d'investissements significatifs.

Depuis mercredi, les dirigeants des principaux producteurs d'acier dans le monde se réunissent à Paris, dans le cadre du Forum mondial de l'acier. À cette occasion, ils ont élu un nouveau président: le Chinois Xiaogang Zhang, par ailleurs dirigeant d'Anshan Iron & Steel Group. Cette élection montre le glissement du ­monde de l'acier vers les pays émergents. Un mouvement symbolique mais bien réel qui repose avec force la question de l'avenir de la sidérurgie en France, et en Europe plus largement. Du côté des salariés, les craintes d'une disparition sont réelles, illustrées par l'arrêt de tous les hauts-fourneaux de Lorraine.

Le dernier, celui de Florange, remonte à octobre dernier. Et les salariés craignent que cet arrêt soit définitif, même si son propriétaire, ArcelorMittal, a expliqué qu'il s'agissait d'une mise en sommeil et qu'il pourrait redémarrer si la demande d'acier repart. Ce n'est pour l'instant pas à l'ordre du jour.

Pour autant, toute activit

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant