La France mal armée pour enquêter sur le Net 

le
0
Selon nos informations, les forces de police et de gendarmerie ne réalisent que 500 interceptions par an sur Internet, soit tout juste 10 % de leurs besoins, contre 35.000 écoutes téléphoniques.

Internet reste un refuge pour les délinquants. Selon nos informations, la France accuse un grand retard dans la modernisation des outils d'investigation sur Internet. Les interceptions téléphoniques - «les écoutes» - ont très largement fait face à l'explosion du nombre de téléphones portables depuis une décennie, en passant de 5845 écoutes en 2002 à 35.000 aujourd'hui. Cette hausse fait même craindre à la gauche des abus lors de la campagne présidentielle. Jean-Jacques Urvoas, député PS du Finistère, a déposé début avril un projet de loi visant à renforcer les sanctions pénales pour les écoutes abusives. Pas de débat en revanche sur les interceptions sur Internet - les interceptions IP - car celles-ci peinent à décoller.

La principale raison en est le coût : une interception téléphonique coûte aujourd'hui 12 euros par jour en moyenne tandis qu'une interception sur Internet vaut encore 80 euros. «Avec ces tarifs, les juges rechignent à autoriser une

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant