La France maintient son choix d'un ambassadeur homo au Vatican

le
1
La France maintient son choix d'un ambassadeur homo au Vatican
La France maintient son choix d'un ambassadeur homo au Vatican

La France reste droite dans ses bottes.  Alors qu'un bras de fer feutré est engagé entre Paris et le Saint-Siège sur le choix de l'ambassadeur de France auprès du Vatican, le porte-parole du gouvernement fait savoir que la France «reste sur sa proposition». «La France a fait un choix d'avoir un ambassadeur auprès du Vatican. Ce choix s'est porté sur M. Stefanini et cela reste la proposition de la France», a déclaré Stéphane Le Foll interrogé par la presse lors du compte-rendu du conseil des ministres alors que l'homosexualité du diplomate est évoquée comme cause du blocage.

«Il y a des négociations. Chaque ambassadeur doit être agréé partout où nous en nommons (...) nous attendons la réponse du Vatican. Mais la position de la France ne change pas, on a proposé M. Stefanini pour être ambassadeur auprès du Vatican», a insisté le ministre proche du chef de l'Etat.

La nomination de Laurent Stefanini, diplomate chevronné de 55 ans, remonte au Conseil des ministres du 5 janvier. Le choix pour ce poste de cette personnalité qui ne cache pas son homosexualité résulte «à la fois d'un souhait du président de la République et d'une décision du Conseil des ministres», soulignait il y a peu l'entourage de François Hollande.

Depuis, le Vatican n'y a pas donné suite. Ce diplomate, qui fut premier conseiller à l'ambassade de France près le Saint-Siège de 2001 à 2005, doit succéder à Bruno Joubert, dont le poste est vacant depuis mars. «Un délai de trois mois comme celui-ci est un délai anormal, la réponse ne prend en principe pas plus d'un mois, un mois et demi», indiquait-on il y a peu de source informée à Rome. Traditionnellement, «le Vatican ne formule pas de refus. Il ne répond pas, ne donne pas d'explication et c'est au pays concerné d'interpréter cette absence de réponse», expliquait-on encore. Ce retard pourrait donc équivaloir refus.

En 2007, la nomination du diplomate Jean-Loup Kuhn-Delforge, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • birmon le mercredi 15 avr 2015 à 15:19

    Le Vatican ne doit pas céder à la provocation peu diplomatique du régime socialiste anticlérical français.