La France loin de la rigueur pratiquée en zone euro

le
0
Malgré les efforts historiques qu'elle s'apprête à accomplir, la France, avec environ 2 % du PIB d'économies prévues l'année prochaine, ne détient pas le record de la consolidation budgétaire la plus dure.

Sans surprise, ce sont les pays placés sous assistance internationale qui occupent la tête du classement des économies les plus frappées par la rigueur. Car le préalable à toute aide financière de la troïka (BCE, FMI et UE) est l'adoption de sévères plans de redressement. Ainsi, l'Irlande aux prises avec un déficit public de 32 % du PIB en 2010 suite au coûteux sauvetage de ses banques, et de 13,1 % en 2011, s'est engagé à respecter la barre de 3 % en 2015. Dublin a été l'un des premiers pays de la zone euro à adopter des mesures d'économie, dès 2008! et fait figure de bon élève avec le Portugal. Selon l'évaluation de la Commission européenne, l'effort de consolidation a représenté 17,5 % du PIB, en prenant en compte le facteur exceptionnel des banques en 2011 et 4,8 % en 2012.

Contraint de demander l'aide en mai 2011, Lisbonne s'inflige aussi une sévère cure d'austérité, équivalente à 4,8 % du PIB en 2012. Ce week-end, face à l'aggravation de la r

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant