La France livrera 36 Rafale «clé en main» à l'Inde

le , mis à jour à 23:04
14
La France livrera 36 Rafale «clé en main» à l'Inde
La France livrera 36 Rafale «clé en main» à l'Inde

Très bonne nouvelle pour l'industrie française. A l'issue d'un entretien avec François Hollande, le Premier ministre indien, Narendra Modi a annoncé la commande de 36 avions de chasse Rafale à la France. «J'ai demandé au président Hollande de nous fournir 36 Rafale, prêts à voler», a-t-il déclaré vendredi en début de soirée du Palais de l'Elysée. Le contrat pourrait s'élever à près de 4 milliards d'euros, le prix d'un Rafale à l'export étant estimé à 110 millions d'euros sans les armements.

Le gouvernement indien souhaite acquérir «dès que possible» ces avions de chasse français en raison d'un «besoin opérationnel crucial» des forces aériennes indiennes, a souligné le Premier ministre, dans une déclaration commune. L'armée indienne réclame des avions de chasse pour remplacer les siens, jugés obsolètes, et la situation géopolitique, notamment les tensions avec le Pakistan voisin, confère une urgence à la demande. «Les termes et conditions doivent (maintenant, Ndlr) être négociés et nos services vont discuter de ces questions en profondeur afin de faire avancer les négociations», a-t-il ajouté.

Les négociations sur d'éventuels Rafale fabriqués en Inde se poursuivent

Outre cette commande, d'appareils fabriqués en France, Paris et New Delhi se sont «engagés» à poursuivre leurs négociations pour la construction d'appareils en Inde, dans le cadre d'un transfert de technologie, a-t-on précisé au ministère français de la Défense. Depuis 2012, la France négocie la vente de 126 Rafale à l'Inde, dont 108 seraient fabriqués sur des chaînes de montage indiennes.

Ce contrat butait toutefois sur le coût total des appareils, plus élevé que prévu en raison de la nécessité de constituer une chaîne d'assemblage et de sous-traitants en Inde ainsi que de former des équipes sur place. Le nombre d'appareils en négociation dans le cadre de ce contrat va «probablement évoluer»  après l'annonce d'un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.