La France lance son offensive diplomatique en vue des JO 2024

le
0
LA FRANCE SE PRÉPARE À UNE CANDIDATURE POUR LES JO DE 2024
LA FRANCE SE PRÉPARE À UNE CANDIDATURE POUR LES JO DE 2024

par Marine Pennetier

PARIS (Reuters) - La France a dévoilé mercredi la stratégie grâce à laquelle elle espère tourner la page des trois échecs de Paris à l'organisation des Jeux Olympiques, en vue d'une éventuelle candidature en 2024.

Encore traumatisée par sa défaite face à Londres pour l'organisation des JO 2012 après les échecs de 1992 et de 2008, la France se montre toutefois prudente et se garde de se fixer tout objectif daté en matière d'accueil de compétitions internationales.

"Il s'agira de faciliter les contacts, le mot 'pub' n'est pas forcément celui qui convient", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius à l'issue de la présentation des grandes lignes de la diplomatie sportive française à Paris.

"Nous avons des positions importantes sur le plan international mais d'autres pays ont des positions encore plus importantes, donc il s'agit de faire de la France un des grands pays sportifs par son activité sportive et par aussi ses dirigeants."

Des instructions vont ainsi être données à l'ensemble des ambassadeurs de France pour qu'ils prennent davantage en compte à l'avenir le sport dans leur pays de rattachement, a dit Laurent Fabius.

Le diplomate Jean Lévy, nommé ambassadeur pour le sport fin octobre, va notamment demander aux ambassadeurs d'avoir un référent sport chargé d'accueillir les sportifs et les entreprises et de promouvoir le sport tricolore.

Dans les faits, la France entend avec ce plan accroître le nombre de ses représentants dans les instances sportives internationales, diffuser ses positions sur les questions éthiques, notamment en matière de dopage, et bien positionner les entreprises françaises sur les marchés liés au sport à l'international.

CONSULTANTS EN PUISSANCE

"La France souhaite être impliquée sur les enjeux institutionnels du sport, au sein de l'Union européenne, du conseil de l'Europe, de l'Unesco", a expliqué la ministre des Sports Valérie Fourneyron. "Dans tous les pays, il est nécessaire que les ambassadeurs soient attentifs à connaître les acteurs du monde sportif, entretenir des liens de confiance durable avec les décideurs de la gouvernance sportive mondiale", a-t-elle ajouté.

Avec une ambition : "créer les conditions favorables à une candidature française aux Jeux olympiques et paralympiques".

"Chacun dans son rôle est un élément essentiel qui peut conduire à gagner une candidature", a-t-elle dit.

Outre les ambassadeurs, les sportifs pourraient ainsi jouer un rôle important dans le rayonnement de la France.

Pour Bernard Lapasset, le président du Comité français du sport international, il s'agit de "faire de nos athlètes des acteurs premiers" en leur donnant "la parole dès le départ de la formation d'un projet".

Un avis partagé par l'escrimeuse Laura Flessel Colovic, double championne olympique d'épée, désormais à la retraite.

"Il faut l'implication des sportifs dès le début. Nous sommes des consultants en puissance. Nous avons un pouvoir insuffisamment utilisé", a-t-elle estimé.

Le Comité international olympique désignera en 2017 la ville hôte des Jeux Olympiques de 2024.

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant