La France juge la dictature Pinochet

le
0
Le procès de 14 responsables de l'ex-junte chilienne soupçonnés d'avoir enlevé quatre Français durant les premières années de la dictature s'est ouvert en leur absence ce mercredi devant la cour d'assises de Paris.

Un procès pour l'histoire et... le symbole. Le procès de 14 membres de l'ex-junte chilienne jugés pour les disparitions de quatre Français sous la dictature de Pinochet s'est ouvert mercredi devant la cour d'assises de Paris. Les accusés, essentiellement des anciens militaires âgés de 61 à 89 ans, étaient appelés à comparaître pour «arrestations, enlèvements, séquestrations arbitraires avec torture ou actes de barbarie».

Mais mercredi, personne n'a pris place dans le box des accusés. Le président de la cour d'assises Hervé Stéphan a appelé à l'ouverture de l'audience les accusés et a constaté, sans surprise, qu'ils avaient renoncé à faire le déplacement et à se faire représenter. Ils dénient en effet le droit à la justice française de les poursuivre. Les mandats d'arrêt internationaux lancés par les juges français à leur encontre sont par ailleurs restés lettre morte, le Chili n'extradant pas ses ressortissants.

Une attente de plus de 35 ans

Le p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant