La France interdit la culture du maïs transgénique Monsanto

le
0
La France interdit la culture du maïs transgénique Monsanto
La France interdit la culture du maïs transgénique Monsanto

Nouvelle étape dans la guerre entre la France et Monsanto. Le ministère de l'Agriculture vient d'interdire par arrêté la commercialisation, l'utilisation et la culture du maïs génétiquement modifié MON 810, produit par le groupe agro-alimentaire américain.

«La commercialisation, l'utilisation et la culture des variétés de semences de maïs issues de la lignée de maïs génétiquement modifié MON 810 sont interdites sur le territoire national jusqu'à l'adoption d'une décision définitive», précise l'arrêté publié ce samedi au Journal officiel. Il s'agit aussi d'interdire par avance le maïs TC1507 (Pioneer-Dupont) qui pourrait être autorisé par l'UE.

Cette mesure va s'appliquer jusqu'à la proposition de loi interdisant la culture du maïs transgénique en France qui sera débattue le 10 avril à l'Assemblée. Le ministère de l'Agriculture a considéré qu'il y avait urgence à l'approche de la période de semis. Cette proposition de loi déposée par les socialistes et déjà adoptée en commission prévoit que « la mise en culture des variétés de maïs génétiquement modifié est interdite» mais a refusé d'interdire toutes autres plantes génétiquement modifiées.

L'Etat français met en avant le «principe de précaution»

Pour justifier cette mesure, l'arrêté se réfère au «principe de précaution» qui justifie l'adoption de «mesures restrictives». «Au vu de données scientifiques fiables et de résultats très récents de la recherche internationale, la mise en culture de variétés de semences de maïs MON 810 sans mesures de gestion adéquates présenterait des risques graves pour l'environnement ainsi qu'un danger de propagation d'organismes nuisibles devenus résistants», précise le texte.

Cette mesure intervient alors que le Conseil d'État avait annulé l'été dernier un arrêté d'interdiction datant de 2011 du MON 810. En février dernier, l'Union européenne a également ouvert la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant