La France gagnée par la folie Pokémon

le
0
La France gagnée par la folie Pokémon
La France gagnée par la folie Pokémon

La chasse est officiellement ouverte. Disponible en téléchargement gratuit depuis hier matin, après un lancement en France repoussé de plusieurs jours « par respect » après l'attentat de Nice, le jeu sur smartphones (Apple et Android) Pokémon Go entraîne déjà une véritable fièvre chez ses adeptes. Les plus accros avaient déjà, par des moyens détournés, réussi à se procurer le jeu qui utilise la géolocalisation et la technique de la réalité augmentée pour afficher sur l'écran d'un smartphone des images virtuelles de petits monstres à traquer et débusquer dans d'innombrables endroits... comme s'ils étaient présents dans la réalité captée par l'objectif de l'appareil.

 

Un engouement mondial

 

Avec la mise à disposition gratuite de l'application, téléchargée plus de 50 millions de fois dans le monde sur les seuls smartphones Android, ce sont des dizaines de milliers de dresseurs de Pokémon qui se sont mis en chasse depuis hier matin. On en a croisé dans les nombreux parcs parisiens, notamment sur le Champ-de-Mars ou dans des forêts franciliennes. Mais aussi, par grappes de trois ou quatre, les yeux rivés sur leurs écrans, déambulant dans le bois de Vincennes où ont été signalés des Pokémon réputés rares. Le phénomène est tel que l'hôpital universitaire de Lille (Nord) a publié sur Twitter un message au ton humoristique signalant l'absence de « PikaCHRU et compères dans les bâtiments du CHRU », faisant référence à Pikachu, le plus célèbre des Pokémon. Un message à but préventif pour éviter que des chasseurs de bestioles virtuelles viennent perturber les patients.

 

A l'étranger, la Pokémon-mania a déjà provoqué quelques débordements. Deux touristes japonais ont été retrouvés en train de chasser à pied dans l'un des tunnels routiers les plus dangereux de Barcelone. Deux jeunes ont également été arrêtés à Madrid pour s'être introduits dans le quartier général de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant